vendredi 25 mars 2016

Aujourd'hui je m'aime #12

Attentats Bruxelles Attacks Contrecoup Coping Aftermath Self-love Self-care Love Peace Light Faith Amour Paix Lumière Amitié

Il s'est encore passé des choses terribles ce mardi, des choses qui ont bien évidemment réveillé le traumatisme des événements de Paris en novembre dernier. Mais, après avoir vérifié que tous mes amis bruxellois allaient bien (merci Facebook) et avoir eu une pensée pour les personnes qui n'ont pas eu cette chance, je me suis tenue à l'écart de tous les médias, même les plus sérieux. Je n'ai pas allumé la télé, alors que ça avait été mon premier réflexe le 7 janvier et le 13 novembre. Ce n'est pas par manque de compassion ou par volonté de nier ce qui était en train de se passer. Ce n'est pas parce que ça ne me touchait pas, bien au contraire. La Belgique est un pays cher à mon cœur, et ce cœur saigne de savoir les Belges meurtris à leur tour dans leur chair et dans leur âme. 

Mais rester scotchée devant la télé n'aurait rendu service à personne. Je devais passer la journée avec mon chéri. Quand il est arrivé, je l'ai serré très fort contre moi et je lui ai dit qu'on allait s'aimer même si le monde ne tourne pas très rond - ce à quoi il m'a répondu qu'il pensait exactement la même chose. Nous avons préparé l'apéro dînatoire qu'on organisait ce soir-là pour qu'il rencontre mes amis et pour fêter ma nouvelle maison. De temps en temps, je jetais un coup d’œil sur les réseaux sociaux pour voir comment mes amis belges, et notamment Armalite et Monsieur Tout-Le-Monde, tenaient le coup. Puis je suis partie à mon cours de chant intuitif. On n'a pas chanté, on avait des choses à se dire, besoin de parler, de se raconter nos vies, nos bleus à l'âme, nos peurs. Et puis on s'est tous retrouvé chez moi et on a laissé ce monde qui ne tourne pas très rond à notre porte, le temps de boire quelques verres et d'échanger des bons mots. On a fêté l'amour qui s'est invité dans la vie de plusieurs d'entre nous, on a trinqué aux nouveaux départs. C'était doux, c'était bon.
 
Alors, si je n'avais qu'un conseil à vous donner en cette période où la peur est à nouveau très présente, ce serait, plus que jamais, de vous concentrer sur l'essentiel. Éteignez la télé. Coupez la radio, tenez-vous à l'écart des infos pendant quelques heures ou quelques jours et passez du temps avec les gens que vous aimez. Cultiver l'amour, l'amitié, la solidarité, la compassion, rire, pleurer ensemble, se tenir la main, se serrer dans les bras, c'est opposer à l'obscurantisme ambiant plein de petites flammes, vacillantes, certes, mais bien plus fortes et résistantes qu'on ne le croit. C'est normal d'avoir peur, c'est normal d'avoir du chagrin, voire même du désespoir. (Même moi, je me surprends à désespérer de l'humanité quand je suis, de loin, la campagne pour les élections américaines.) Mais c'est de lumière dont notre monde a besoin, et c'est précisément ce que je suis déterminée à donner. Pour vous, pour eux, pour moi, pour nous tous.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. J'ai fait pareil. Je suis de tout cœur avec mes amis qui sont blessés dans leur cœur, je suis peinée pour les gens que je ne connais pas et dont les vies sont désormais complètement bouleversées, mais je persiste à croire que c'est par l'amour, l'humour, la vie qu'on résistera le mieux à toute cette négativité.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...