lundi 5 octobre 2015

[Un mot pour le mois] octobre 2015


Comment résumer septembre, à part en disant que ce fut un mois de folie ? Après un été relativement calme, mon calendrier de traductions s'est rempli à vitesse grand V, au point que j'ai dû accepter deux contrats se chevauchant (heureusement, quand c'est pour le même éditeur, c'est tout de suite plus facile de s'arranger) et que j'ai dû en refuser un autre. Me voilà donc très occupée jusque début décembre et, pour ne rien arranger, j'ai réussi à caser mon 2ème degré de reiki (dans le Sud) et un nouveau stage de bioénergie (sur Paris) au cours de cette même période. Et puis il ne faudrait pas non plus oublier les heures de conduite pour le permis, hein, sinon ça serait pas drôle ! Tout va bien, je respire, ça va le faire... Mais si on pouvait rajouter plus d'heures dans une journée, ça serait sympa. 

Cela étant, ça ne m'empêche pas de m'occuper de moi (et de vous par la même occasion, parce que j'ai bien besoin de mes techniques de self-care pour tenir le coup, et que je compte bien vous en faire profiter !) Parmi ces techniques justement, il y a le fait de dégager du temps pour moi, qui ne soit consacré ni à ma famille ni à mon boulot. Je me suis donc inscrite à un cours de chant le mardi soir et j'essaie de voir mes nouvelles amies du Sud le plus régulièrement possible. J'avoue que, parfois, le stress monte et la tentation est grande de sacrifier ces moments-là pour avancer dans ma trad, mais je sais qu'au final je n'en suis que plus productive quand j'ai pris le temps de souffler un peu. Surtout, c'est ce qui me permettra d'arriver au bout de ce nouveau marathon professionnel saine d'esprit et dans un état physique à peu près potable. (Je dis à peu près car je me suis déjà écroulée une fois, victime du premier gros rhume de la saison.)

En tout cas, le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai parfaitement rempli mon objectif de septembre, puisque je n'ai absolument pas eu le temps de me prendre la tête. (Et ça, ça fait un bien fou !) Je me suis contentée d'être, comme je me l'étais promis, en accueillant chaque événement comme il venait. Je ne vais pas non plus prétendre que j'étais tout le temps sereine (mon moniteur d'auto-école me trouve stressée, allez savoir pourquoi), mais honnêtement ça fait longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi bien. (En tout cas dans ma tête, parce que pour ce qui est du corps, les énormes quintes de toux qui vous empêchent de dormir la nuit, c'est pas top. C'est là que tu te rends compte que, passé 30 ans, le sommeil, c'est tout sauf surfait...)

Du coup, la tentation était grande de choisir le mot "dormir" pour le mois d'octobre. Mais, bizarrement, ça ne cadre pas très bien avec mon planning, sauf le samedi et le dimanche... Alors j'en ai trouvé un autre qui correspond mieux à la situation. En effet, si je veux survivre aux deux prochains mois, j'ai intérêt à bien définir mes priorités, et c'est exactement ce que j'ai fait en ces premiers jours d'automne (pendant que j'attends désespérément que les feuilles virent au roux flamboyant, mais ceci est une autre histoire) :

1) il m'est impossible de départager le fait d'avancer professionnellement et le fait de consacrer du temps à mon couple et à ma famille, je les place donc sur le même plan. Je bosse dix heures par jour mais, bien que pour la première fois depuis une éternité je sois en retard sur mon planning, je refuse de sacrifier une seule soirée ou un seul week-end à mon travail. (Ma pause-déjeuner en pâtit à la place...)

2) faire rentrer des sous. Je suis free-lance depuis 12 ans mais je déteste toujours autant réclamer ou parler d'argent avec mes éditeurs. Pour autant, là, je n'ai plus le choix, j'ai trop peu travaillé cet été pour me permettre d'attendre très longtemps les sommes correspondantes. Et on me propose un boulot intéressant mais totalement inédit pour lequel nous allons devoir définir ensemble mon salaire. C'est un peu le cauchemar absolu, mais j'essaie de prendre ça comme une nouvelle opportunité d'apprendre à m'affirmer.

3) continuer à prendre du temps pour moi. Ce qui inclut, dans le désordre, mes cours de chant, les moments entre copines, une pause lecture quotidienne d'au moins 30 minutes, mes séances de méditation, et un tête-à-tête avec mon journal intime d'au moins 30 minutes par jour également. (Rigolez pas, le minuteur sur mon téléphone est devenu mon nouveau meilleur ami.) 

4) assurer la publication des trois rubriques hebdomadaires du blog ("Aujourd'hui je m'aime", "Les petits bonheurs" et "Les Trésors de la blogo"). En dehors de ça, je ne promets rien, mais j'ai des looks à vous montrer, des thés à vous présenter et des films à chroniquer, donc je vise au moins un billet supplémentaire par semaine, deux si je suis en forme. 

Maintenant, y a plus qu'à ! Je vous souhaite à tous et à toutes un joli mois d'octobre ! 

Illustration trouvée sur Pinterest

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Tu n'as pas le temps de t ennuyer dis donc!!! Je te souhaite du courage et de l’énergie pour tout mener à bien!!!! c'est pas facile de tout concilier et surtout de trouver du temps pour soi >< Mais ca fait un bien fou quand on y arrive ^^
    gros bisousss mon Isa !

    RépondreSupprimer
  2. Bravo, c'est admirable ! Et si je puis me permettre, votre éditeur régulier n'est pas une référence niveau rémunération des traducteurs -- enfin, si, niveau tarifs plancher :( --, alors n'hésitez pas à bien vous affirmer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'heure actuelle, aucun éditeur n'est une référence en matière de rémunération des traducteurs, malheureusement. Et il n'y a jamais eu autant de jeunes diplômés dans le domaine de la traduction, c'est dramatique quand on connaît les débouchés...

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...