vendredi 23 octobre 2015

Aujourd'hui je m'aime #3

Pensée positive Positive thinking self-love self-care

Aujourd'hui, j'aimerais vous demander ce que vous ressentez quand vous vous regardez dans un miroir. Quelles sont les pensées qui vous viennent immédiatement à l'esprit ? Sont-elles positives, chaleureuses, aimantes ? Ou sont-elles au contraire pleines de doutes, de déception, de colère ? Est-ce que votre regard embrasse votre reflet tout entier ou est-ce qu'il se focalise sur ce que vous considérez comme des "défauts", des "imperfections" ? 

Personnellement, j'ai longtemps détesté mon reflet parce que je n'aimais pas mon physique. Je me jugeais très durement. Trop grosse, pas assez jolie... Je critiquais mentalement tout ce que je voyais. Et j'ai mis un temps fou avant de me rendre compte que je n'aurais jamais formulé de telles pensées vis-à-vis de quelqu'un d'autre. Jamais je n'aurais été aussi blessante envers autrui. 

Alors pourquoi sommes-nous nos pires critiques ? Honnêtement, je n'en sais rien. Certains diront que c'est lié à l'enfance, et c'est peut-être vrai. C'est vrai qu'on ne m'a jamais appris à accepter mon corps et qu'on m'a bien fait sentir que j'avais des kilos en trop. J'avais l'impression de ne pas être dans la norme et j'en ai souffert.

Pour autant, j'ai tendance à penser que la raison du malaise importe peu. L'essentiel, c'est de prendre conscience que c'est juste un état d'esprit, et qu'on peut le modifier. Ça demande des efforts, et il y a parfois des rechutes, mais on peut réellement apprendre à se regarder avec bienveillance. 

Et je suis persuadée que ça passe par quelque chose d'aussi simple qu'un sourire. La prochaine fois que vous croiserez votre reflet, cherchez votre regard dans la glace et souriez. Ça va peut-être vous paraître bizarre au début, mais souriez comme on sourit parfois à un(e) inconnu(e) dans la rue. Après tout, n'est-ce pas un comble de manifester spontanément de la bienveillance envers quelqu'un qu'on ne connaît pas tout en étant aussi impitoyable vis-à-vis de soi ? 

Aujourd'hui, soyez cet(te) inconnu(e) et souriez à cette personne que vous découvrez dans le miroir. Non seulement elle le mérite, mais elle en a besoin. Elle a besoin d'indulgence et non de critique. Elle a besoin d'affection et non de dégoût. Elle a besoin de toutes ces ondes positives que véhiculent ces sourires que d'habitude on n'offre qu'aux autres. 

Ce n'est pas grand-chose, un sourire. Mais ça peut tout changer.

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. J'ai déjà travaillé ce point-là avec mon psy, j'ai donc un regard un peu plus indulgent sur moi en général... Mais parfois, les vieux démons reviennent. Ok, au prochain miroir croisé, je me fais un grand sourire et je souhaite que tu en ressentes les bonnes ondes chez toi :-)

    RépondreSupprimer
  2. C'est quelque chose que j'arrive à faire : être indulgente avec mon physique... c'est déjà ça ! parce qu'avec mon moi intérieur, c'est beaucoup moins simple ! Par contre, plus jeune, j'étais bourrée de complexes... maintenant, je m'en fiche un peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, je pense que ça commence par le physique, puis l'indulgence s'étend peu à peu à l'ensemble de la personnalité. En ce moment, je me dis souvent, sur certains traits de caractère qui m'énervent ou pour lesquels j'avais tendance à m'excuser (mon côté hyper organisé, le fait que je dise très souvent ce que je ressens) que je suis comme ça et que je n'ai pas à en rougir. Je peux faire en sorte que ça soit moins pesant pour mon entourage, mais je n'ai pas besoin de renier ou d'étouffer tout ça. Et je pense sincèrement que cette acceptation a commencé par l'acceptation de mon physique, comme si j'avais effectué un travail personnel de l'extérieur vers l'intérieur.

      Supprimer
  3. Plus le temps passe et plus j'ai confiance en moi, et plus je m'aime ;-) Et puis, pour aimer les autres, il faut d'abord s'aimer soi !

    RépondreSupprimer
  4. Wahoo Isa ! Merci pour ce post. Ça se recoupe tellement avec certaines choses que j'apprends en thérapie depuis quelques mois. Être une gentille avec soi. Être une bonne mère avec soi. Être bienveillant avec soi. Changer son point de vue. Et tu sais quoi ? Ça marche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, Vanoue, je trouve effectivement de nombreux points communs dans nos parcours quand je lis tes posts sur l'acceptation de soi. Je suis heureuse que tu vois ce que nous voyons, c'est à dire à quel point tu es une personne belle et rayonnante !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...