vendredi 3 avril 2015

Un mot pour le mois #12 - avril 2015

Pensée Positive Renaissance Chemin parcouru Introspection

Je ne m'étais pas trompée en choisissant le mot "action" comme ligne directrice du mois de mars. Entre les deux livres à rendre pour le 1er avril et la recherche de notre futur logement dans le Sud, j'ai eu de quoi faire ! Cependant, je n'avais pas du tout imaginé que cette période serait aussi celle de l'introspection et de la transformation. Loin du blog et de votre regard que je sais pourtant bienveillant, j'ai réfléchi, médité et noirci des pages entières de mon journal. Ce n'est pas tant que je n'avais pas envie de partager ça avec vous, bien au contraire, mais j'avais besoin d'intimité pour poursuivre cette évolution que j'ai entamée voici deux ans. 

Vous le savez, la mort de ma mère a été un véritable électrochoc. Ça peut paraître cliché, mais j'ai vraiment pris conscience qu'on n'a qu'une vie et qu'il n'appartient qu'à nous de la vivre comme on l'entend. [Petit aparté sur un sujet qui me tient à cœur et que je développerai, si ça vous intéresse, dans un billet dédié : je crois depuis toujours en la réincarnation. C'est pour moi une foi et une évidence absolue, comme d'autres croient en Dieu. Cela dit, je suis assez rapidement parvenue à une conclusion tout aussi évidente : l'âme se réincarne, oui. Mais la personne que je suis dans cette vie, entourée de ces autres personnes dans ces circonstances précises, n'a qu'une seule existence. Du coup, autant j'ai à cœur d'évoluer pour donner le meilleur de moi, autant je me contrefous du karma. L'important, c'est le présent. Et dans ce présent, j'ai décidé d'être heureuse.]

Mais des obstacles au bonheur, il y en a plein. Enfin, pas tant que ça, à bien y regarder, mais certains paraissent plus insurmontables que d'autres. Prenez la rancune. Je ne pensais pas être quelqu'un de très rancunier. Quand on me faisait un sale coup, soit j'arrivais à passer à autre chose rapidement, soit je coupais les ponts avec cette personne, mais je n'en faisais pas forcément tout un plat. Curieusement, ça a changé avec l'âge. Il s'est passé deux gros trucs dans les cinq dernières années où je me suis retrouvée à en vouloir vraiment à deux personnes de mon entourage. Je n'arrivais pas à lâcher et je remâchais sans cesse ma colère et ma rancœur, au point que je commençais à me traîner toute cette émotion négative comme un bon gros boulet.
 
Mais, depuis janvier, en parallèle de ma redécouverte de l'astrologie et du tarot, j'ai commencé à suivre les rituels proposés par Gala Darling en rapport avec la nouvelle lune. Il y avait d'une part l'attrait de l'ésotérisme et de l'autre une envie de vivre plus en phase avec les rythmes de la nature. Or, ces rituels tournent beaucoup, depuis le début d'année, autour du thème du lâcher-prise. Clairement l'énergie du moment nous invite à opérer une profonde mutation en nous, mais ça n'est pas toujours facile quand on se traîne de sacrés bagages émotionnels. Lors de la nouvelle lune de janvier, j'ai donc décidé de commencer à "lâcher" cette rancune qui m'empoisonnait la vie. J'ai raconté par écrit les deux événements que j'avais encore du mal à digérer et j'ai brûlé le papier, histoire d'acter par ce geste symbolique le fait que je tournais la page. 

Mais je n'en avais pas encore tout à fait fini avec ces deux histoires. Lors de la nouvelle lune du mois de mars, pendant cette période d'introspection où j'ai vraiment fait le bilan de mes envies et de mes aspirations, je me suis rendue compte que je ne voulais plus éprouver de la colère ou du ressentiment vis-à-vis des deux personnes avec qui je m'étais retrouvée en conflit. J'ai dressé le bilan de ces expériences (professionnelle pour l'une et personnelle pour l'autre), ce qui m'a permis de mesurer ce que j'avais appris grâce à elles. Puis j'ai remercié ces personnes pour m'avoir donné l'opportunité d'évoluer et je leur ai souhaité sincèrement bonne continuation. Je peux vous dire qu'en écrivant cela, je me suis sentie vraiment soulagée et, surtout, j'ai eu l'impression de me retrouver. Cet aspect relativement récent de ma personnalité ne me plaisait pas du tout. Et ça m'empêchait de me concentrer sur d'autres problèmes autrement plus importants. 

Car, depuis début novembre, je suis confrontée à un défi de taille : l'absence du sexy quadra. Du fait de la distance et de nos emplois du temps respectifs, je me retrouve obligée de vivre en célibataire.  (Et j'en reprends encore pour deux mois en attendant le déménagement.) Or, comme je vous le confie régulièrement, j'en bave, et pas qu'un peu. J'alterne entre les périodes où je suis parfaitement sereine et sûre de moi et celles où je n'ai goût à rien et où j'ai l'impression d'être en mode survie en attendant de retrouver l'être aimé. Ce qui est, bien entendu, totalement inacceptable.

 J'ai la chance d'aimer et d'être aimée, mais cette relation ne doit pas nous aliéner, nous amoindrir ou nous étouffer. Je ne veux plus être dans le besoin ou dans le manque de l'homme qui partage ma vie. Je veux aimer dans la sérénité plutôt que dans l'angoisse. Je veux construire une relation où personne ne dépend de l'autre, où l'on s'apporte des choses sans rien s'enlever au passage. Du coup, cette épreuve, pour aussi difficile qu'elle soit, est une bénédiction. Elle m'oblige à revenir vers moi et à me redéfinir. Je ne suis pas la femme de, ou la maman de. Je suis un être humain à part entière avec des envies et des projets. Je ne me construis pas pour les autres, mais avant tout pour moi. Certes, j'aspire à donner ce que j'ai de meilleur pour en faire profiter ceux que j'aime, mais je le fais aussi et peut-être surtout pour me sentir en adéquation avec moi-même.

C'est donc tout naturellement que "renaissance" m'est venu à l'esprit quand j'ai commencé à chercher un mot pour avril. Pour une fois, il n'indique pas une direction à suivre, il définit un état. Je fais peau peau neuve et, comme le serpent qui abandonne sa mue, je laisse derrière moi les vieux schémas de pensées qui ne me correspondent plus. Je suis prête à entamer un nouveau chapitre de ma vie. Je ne sais pas encore ce qu'il va raconter car j'ai vraiment en tête cette image de la page blanche où tout est à écrire. Mais je suis confiante et je me lance dans cette nouvelle aventure le cœur débordant de gratitude pour tout le chemin parcouru jusque-là.

Illustration trouvée sur Pinterest.


Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Il faudrait que j'essaie de me débarrasser de certaines rancœurs de cette manière, ça me ferait peut-être du bien aussi. Mais je crois que tant que je suis encore confrontées aux personnes en question, c'est quasi mission impossible même si j'arrive à mieux gérer les émotions négatives que leurs comportements respectifs m'inspirent.

    Encore plein de courage à toi pour gérer ton célibat au cours des deux mois à venir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut se laisser du temps et accepter qu'on n'est pas toujours prêt à pardonner. C'est exactement ce que j'ai fait dans les deux cas en question, jusqu'au moment où j'ai senti que je pouvais - et que j'avais besoin - de passer à autre chose.
      Cela dit, oui, n'hésite pas à écrire ce que tu ressens sur un papier (dans tous les cas, ça te permet de l'extérioriser, c'est important) et ensuite de le brûler (un acte purificateur qui fait toujours du bien, même si tu n'es pas prête à complètement lâcher-prise).

      Et je pense qu'avec ce nouvel état d'esprit, les 2 mois en question vont être plus faciles :)

      (Je vais regarder plein de séries et de films qui ne font envie qu'à moi, lol.)

      Supprimer
  2. Wouah, que d'émotions ! Que de chemin parcouru !
    Continue comme ça, je pense que tu es sur la bonne voie :) Encore bravo de parvenir à démêler ainsi tes sentiments et tes problèmes, et merci de nous le faire partager.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent billet plein de sagesse Isa, les expériences de la vie , bonnes comme mauvaises, nous font grandir et devenir ce que nous sommes dans cette vie. Profiter de ce moment (réincarnation ou non) entourée des miens est devenu un MUST pour moi aussi car il n'y a que ça de vrai, le reste c'est futile, nous perdons trop de temps avec des choses vaines qui importent peu. CARPE DIEM !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Isa. Cela fait longtemps que je n'ai pas commenté mais je vous lis à chaque nouveau billet. Merci de nous faire partager vos réflexions. Vous m'inspirez beaucoup et m'amenez à me questionner davantage. Alors encore merci d'être là. Et courage pour les deux mois à venir. A bientôt. Sandrine

      Supprimer
    2. Merci à vous aussi, Sandrine. Vous aussi, par vos commentaires et vos propres questionnements, vous m'inspirez et vous me faites réfléchir. J'aime ce dialogue que nous avons noué toutes les deux par l'intermédiaire de ce blog :)
      A bientôt !

      Supprimer
  4. en quelques mois, tu en as vécu des émotions fortes, et des avancées dans ta vie.
    je suis contente pour toi, tu avances vers une nouvelle vie dans laquelle tu vas pouvoir t'épanouir encore plus.
    je suis impressionnée par tout ce que tu as laissé de côté, et tout ce que tu as pris à bras le corps !
    cette renaissance, tu y travailles tous les jours, on devrait tous faire de même pour avancer dans la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un processus à la fois très cérébral (réflexion, méditation, écriture, etc.) et très instinctif (je ne supportais plus de réagir d'une certaine façon et de subir la situation). La clé, je pense, c'est de vivre en pleine conscience pour pouvoir allier les deux. Et cette conscience, je la dois à ma pratique quotidienne de la méditation. Je vais partager demain dans les Trésors un article qui me paraît très intéressant pour se lancer là-dedans sans dépendre d'une méthode, en écoutant juste son ressenti. Ça te parlera peut-être ? Je pense en tout cas qu'avec ce que tu vis en ce moment au travail, tu as réellement besoin de revenir à toi et de te recentrer. Tu es quelqu'un de formidable, ne laisse surtout pas quelques personnes te dire le contraire !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...