lundi 6 avril 2015

Jan-Philipp Sendker - L'art d'écouter les battements de cœur

Orphelin originaire de Birmanie, Tin Win est un garçon hors du commun : il est capable de déchiffrer l'âme des gens en écoutant leurs battements de cœur. Grâce à ce don, il va connaître un amour immense, contrarié par bien des obstacles. C'est cette histoire fabuleuse que va découvrir, des années plus tard, sa fille Julia, jeune avocate à New York. Déterminée à percer le mystère qui entoure le passé de son père, Julia retourne en Birmanie dans le village où il a grandi et pénètre dans un univers dont elle ne soupçonnait pas la richesse. Une histoire d'amour exceptionnelle, empreinte de spiritualité orientale et digne d'un conte de fées. 

Je tiens tout d'abord à remercier Babelio et Le Livre de Poche qui m'ont permis de lire ce livre dans le cadre d'un partenariat. Quand on me l'a proposé, j'ai tout de suite acceptée tant j'étais séduite par le résumé. Mais j'avoue que j'ai eu bien du mal à entrer dans cette histoire. Ça a coincé pour moi dès la 1ère page  quand j'ai découvert que je tenais entre les mains, non pas la traduction directe en français de ce roman allemand, mais la traduction de la version anglaise. Alors, certes, cela s'est fait avec la bénédiction de l'auteur. Il n'empêche, une traduction, aussi bonne soit-elle, est un filtre qui se dresse entre le lecteur et l'auteur. Nous, les traducteurs, nous efforçons de restituer au mieux le texte original, mais il n'y aura jamais, pour une même oeuvre, deux traductions identiques : le choix des mots dépend de la façon dont chacun ressent le texte. Du coup, savoir qu'il y avait entre moi et les mots de Jan-Philipp Sendker non pas un mais deux filtres m'a profondément gênée. 

Est-ce ce détail qui a empêché le charme d'agir ? Pas sûr, car le texte est par ailleurs très fluide et se lit très facilement. Simplement, je suis restée assez insensible à l'histoire d'amour contrariée entre Tin Win et Mi Mi. C'est une jolie fable, mais elle ne m'a pas touchée en plein cœur. Je suis parfois désespérément pragmatique et, de même que j'ai toujours eu envie de coller des baffes à Roméo (quand on l'envoie en exil, pourquoi ne s'enfuit-il pas avec Juliette ?), j'ai eu envie de secouer Tin Win pour lui dire d'envoyer au diable les traditions. Alors, oui, je sais bien que, dans les deux cas, il s'agit d'un ressort dramatique sans lequel il n'y aurait pas d'histoire à raconter. Et j'imagine aussi que, dans la société birmane que nous décrit le roman, il n'est pas facile d'échapper au carcan des obligations familiales. Mais voilà, on ne se refait pas, et je suis complètement passée à côté de ce livre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Le résumé semble bien tentant, effectivement. Peut-être que quelqu'un qui n'est pas du monde de la traduction apprécierait mieux ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu d'autres mauvaises critiques sur Babelio, apparemment soit tu adores, soit ça te laisse complètement froid ^^

      Supprimer
  2. Pour les critiques négatives et positives c'est toujours comme ça
    Bisous

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...