mercredi 15 octobre 2014

Kokekokkô ! (16 vues du Japon) - Editions Issekinicho

16 dessinateurs français, 16 expériences du Japon. Qu’ils soient expatriés de longue date ou partis quelques semaines à la découverte du pays du soleil levant, accompagnez-les dans cette carte blanche de 320 pages de bandes dessinées où se mêlent récits de voyages, rencontres insolites et vie quotidienne (bien loin d’être zen et de tout repos !).

J'ai un aveu à vous faire. A la base, le Japon, ça ne m'intéressait pas, mais alors pas du tout. Oui j'ai grandi dans les années 1980, oui je fais partie de la génération Club Dorothée mais, en dehors de Lady Oscar, des Chevaliers du Zodiaque et de Cat's Eyes, j'aime pas les anime. Je crois bien que je n'ai jamais lu un manga de toute ma vie, même pas Ikigami, alors que j'ai adoré le film. Et je vais probablement me fâcher à mort avec la moitié de mes amies en vous disant que les films de Miyazaki me laissent de marbre. 

Pourtant, sous l'influence de 4 personnes chères à mon cœur (le sexy quadra, Armalite, Kleo et Matoushi), j'ai fini par m'intéresser petit à petit à la culture japonaise. Cet intérêt est d'abord passé par le ventre, si je puis dire. Je me souviendrais toute ma vie de mes 1ers sushis lors de mon stage en maison d'édition, à Paris, en 2001. La soirée avait été géniale et arrosée d'un alcool de prune japonais dont je ne me suis toujours pas remise. Et puis Armalite et Kleo se sont chargées de parfaire mon éducation culinaire nippone, au point que je peux désormais l'affirmer haut et fort : j'aime la cuisine japonaise dans tous ses états, du plus diététique au plus gras.

Il y a eu ensuite, d'un point de vue culturel, la découverte de Jiro Taniguchi et de son sublime Quartier lointain. (Donc, si, en fait, j'ai bien lu des mangas !) J'ai adoré la sensibilité du trait, la force de l'histoire et l'émotion tout en retenue. D'autres découvertes ont suivi, j'ai lu des récits de voyage, j'ai longuement parlé du Japon avec Kleo et, de fil en aiguille, des objets japonais ont fait leur entrée dans la maison : une théière en fonte, des bols en porcelaine... Kelian dort sous la protection d'un manekineko et moi je travaille entourée de deux porte-bonheurs rapportés par Kleo et Matoushi lors de leur dernier voyage au Japon. (Un geste qui m'a énormément touchée !) Il y a aussi des kimmidolls dans presque toutes les pièces de la maison...

Alors quand j'ai vu passer ce Kokekokkô, j'ai eu envie de voir ce que 16 dessinateurs français pouvaient bien avoir à dire sur le Japon. Et j'ai adoré. J'ai trouvé ces récits de voyage tour à tour drôles, insolites ou touchants. (Je crois bien que mon préféré est celui d'Ulysse Malassagne se lançant courageusement à la découverte d'un Japon authentique, hors des sentiers battus par les touristes.) Bien sûr, chaque dessinateur a un style très différent, mais tous ces récits mis bout à bout forment un ouvrage étonnamment cohérent, comme s'il s'agissait des pièces d'un même puzzle. Les pages défilent toutes seules, et chaque histoire ou presque donne envie d'en savoir plus sur son auteur.

Surtout, le Japon vu par les yeux de ces voyageurs occidentaux m'intimide moins que la représentation que je m'en fais à travers les œuvres japonaises, qu'elles soient littéraires ou visuelles. Tous ces récits montrent comment il est possible d'apprivoiser le choc et le décalage culturels que je redoute. Pour la première fois de ma vie, je commence à envisager un voyage au Japon avec autre chose que de l'appréhension. Pour tout vous dire, l'envie a même été très forte d'appuyer sur le bouton "réserver" lors d'une vente spéciale Japon sur Vente-Privée Voyage la semaine dernière. (Mais il faudra attendre que la situation professionnelle du sexy quadra soit stabilisée.)

Vous l'aurez compris, Kokekokkô est pour moi une révélation, tant au niveau des talents qu'il met en avant que du Japon qu'il donne à voir. Cerise sur le gâteau, c'est aussi un magnifique objet de collection que je suis ravie d'accueillir dans ma bibliothèque. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires:

  1. Je suis contente que cet ouvrage t'ait aidé à "dédramatiser" le Japon, car, effectivement, le choc culturel peut être rude, et je comprends que tu le redoutes ! J'avais un peu envie de lire ce manga mais je t'avoue que la critique d'Armalite m'a sévèrement refroidie, alors je me contenterai peut-être de le feuilleter la prochaine fois que je passerai chez toi (dans 3-4 ans, quoi ^^).

    RépondreSupprimer
  2. La culture japonaise est très sympa.
    Bisous
    http://lessecretsdemary.com

    RépondreSupprimer
  3. Il était sur la liste de mes prochaines lectures, du coup tu me donnes envie d'aller l'acheter desuite (même si je n'ai pas encore fini mes deux bouquins entamés ^^). J'aime tellement la culture japonaise!
    Gros bisousss mon Isa <3

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...