vendredi 17 octobre 2014

Comment allez-vous ?


Danielle, du blog Sometimes Sweet, vient de publier un billet émouvant dans lequel elle demande à ses lecteurs comment ils vont. Comme elle dit, elle leur pose vraiment la question, parce que parfois on la pose juste par politesse, sans avoir envie d'entendre la réponse. Je lui ai répondu parce que son texte m'a touchée et que je ressens à peu près les mêmes émotions qu'elle en ce moment. Je suis heureuse parce que tout va bien. La situation professionnelle du sexy quadra se débloque, et nous sommes pleins d'espoir pour la suite. J'ai moi-même reçu une nouvelle trad qui va m'occuper jusque début janvier, et mon planning pour l'année 2015 devrait à priori bien se remplir. Les enfants se sont faits de nouveaux amis à l'école et semblent particulièrement bien dans leurs baskets. Honnêtement, tout va pour le mieux, d'autant qu'octobre est l'un de mes mois préférés - vous savez combien j'aime l'automne !

Mais c'est aussi un mois difficile qui a vu mourir de nombreuses personnes auxquelles nous tenions. La tristesse est donc également très présente, et la culpabilité n'est pas loin, comme si bonheur et chagrin ne pouvaient pas vraiment cohabiter. Mais cela fait deux ans maintenant que je m'efforce de les réconcilier et je crois que finalement je n'y arrive pas trop mal. Quand ma mère est morte, ça a été un vrai tremblement de terre. Notre relation, fusionnelle d'abord, houleuse ensuite et apaisée vers la fin, était l'un des piliers de mon existence. Je ne savais pas comment j'allais pouvoir continuer à me construire sans elle. J'ai souvent souffert de dépression dans ma vie et j'aurais très bien pu sombrer. Mais très vite je suis partie dans la direction opposée, presque malgré moi. Je me suis soudain découvert un appétit de vivre que je ne me connaissais pas, une envie de profiter de tout ce que l'existence avait encore à m'offrir. Je ne le savais pas encore, je ne l'ai compris qu'au bout de quelques mois, mais je me suis mise en quête du bonheur. Moi qui, au départ, ne croyais pas en lui, je l'ai trouvé dans les petites choses du quotidien. (Le proverbe a tort, ce n'est pas le diable qui est dans les détails, c'est le bonheur au contraire !) J'ai appris qu'on pouvait le cultiver, l'entretenir, faire en sorte qu'il s'épanouisse. 

Et c'est là aussi le verbe qui résume ces deux dernières années : j'apprends. J'apprends à être plus présente dans mon corps, dans ce que je fais, au lieu de m'évader en pensée comme je le faisais si souvent avant. J'apprends à être plus attentive, aux autres, à moi, à tout le monde. J'apprends à ne pas céder à mes angoisses. Montrer que ce monde n'est pas que laideur et noirceur est presque devenu une vocation. Oui, il y a plein de choses qui ne fonctionnent pas et oui, il faut se tenir informé de l'économie, des guerres, des maladies... Mais raison de plus pour apprécier ce qu'on a et redoubler de gentillesse et de prévenance envers les autres. 

Ce qui me ramène à vous, mes chers lecteurs. Comme Danielle, je vous pose la question : comment allez-vous ? Comment allez-vous vraiment, de vous à moi ? Sentez-vous libre de vous exprimer pleinement, ici vous ne trouverez ni jugement ni critique, juste un regard bienveillant !

Illustration trouvée sur Bored Panda

Rendez-vous sur Hellocoton !

25 commentaires:

  1. Cela fait plaisir de lire sincèrement cette question... qui s'apparente bien souvent au complément d'une formule de politesse quelconque... Alors moi, je vais bien ! Il y a des soucis parfois (l'entreprise du barbare, le mécontentement latent de certains vieux grognons, un vilain rhume qui, décidément, s'incruste...), mais là, le ciel est bleu... et je vais bien ! Merci de poser la question !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie ! Je suis ravie que tu ailles bien et j'espère que ce vilain rhume ne s'incrustera pas trop longtemps :) Gros bisous !

      Supprimer
  2. Je suis heureuse de lire un tel billet ! Et il y a décidément de nombreux parallèles entre nous, ma chère Isa, car moi aussi ces temps-ci, je me dis souvent que j'apprends tout un tas de nouvelle chose par rapport à moi, à la vie. Et j'aime beaucoup ça ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, ça me donne l'impression d'avancer :) C'est drôle parce qu'après avoir fini mes études, le simple fait d'apprendre me manquait, j'avais soif de découvrir de nouvelles choses. Et même si j'ai toujours envie d'apprendre l'italien et le piano, par exemple, je trouve qu'aller à la découverte de soi-même, c'est très enrichissant, ça te permet de poser un autre regard sur la vie.
      Bisous ma belle :)

      Supprimer
  3. C'est un très bel article. Je ne vais pas bien en ce moment. Mais savoir que des gens sont heureux, apaisés, ça me donne de l'espoir! J'espère que je vais arriver à surmonter mes angoisses. Et pourtant, même en étant "en bas", j'apprends déjà plein de choses moi aussi: les proches de confiance qui me prouvent qu'ils sont là, profiter de chaque petit moment de joie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Jeanne pour ce commentaire qui me touche beaucoup, tout comme tes billets très personnels. Je te souhaite d'arriver à surmonter tes angoisses. je ne sais pas ce qu'en pense la personne que tu consultes, mais moi je trouve ça très encourageant que tu ailles au-devant des autres et que tu écrives aussi ce que tu ressens. Au-delà du dialogue que tu noues avec tes lecteurs, tu noues aussi un dialogue avec toi-même. Et ça, c'est super important. Tu écoutes tes émotions, tu les sors de toi et tu manifestes ton envie d'aller de l'avant. Je te souhaite de continuer comme ça <3

      Supprimer
  4. c'est vrai qu'on a tendance à poser cette question mécaniquement, en attendant un "ça va" tout aussi mécanique.
    je suis heureuse pour toi de lire que ça va bien. c'est un joli billet plein de sincérité.
    ici après un mois de septembre difficile, ça va mieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Amandine. Tu sais que tu peux m'écrire si tu as besoin de parler. Tu connais mon mail ;-)

      Supprimer
  5. J'ai adoré lire cet article ! Et bien je vais bien, merci :) Je me sens apaisée dans mon choix professionnel récent, à ma place dans ce nouveau lieu, et pleine d'envies malgré les difficultés.Je sais aujourd'hui que je vais bientôt démissionner de mon ancien employeur qui m'avait tant tirée vers le bas en 2013, et laisser tout ça derrière moi me soulage beaucoup. Malgré la course effrénée après le temps, je me sens bien avec mon amoureux,avec nos deux filles, et malgré la fatigue qui s'accumule, je saisis tous les moments possibles avec les amis. Tout n'est pas parfait, je ne suis pas parfaite,mais je me sens sereine parce que j'aime, que je me sens aimée, et que j'ai retrouvé un équilibre professionnel, la combinaison essentielle à mon bonheur :) J'espère que ton appétit de vivre retrouvé ne te quittera plus...Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de partager ta sérénité et ton bonheur avec nous ! Je te souhaite de t'épanouir au sein de ta famille et de ta nouvelle activité professionnelle :) Bon week-end à toi aussi !

      Supprimer
  6. Très bel article !
    Bon, ma réponse sera un peu déprimante, mais aujourd'hui ça va pas trop, j'ai très peu dormi cette nuit, et au boulot j'ai pas arrêté de courir et en ce moment je vis quelque chose d'injuste alors j'ai du mal à l'encaisser ... Je me dis que je rebondirais, comme d'habitude, mais je commence à être fatiguée ^^"

    Bon faut dire aussi que j'ai super mal au crâne, un petit doliprane et ça ira déjà mieux je pense !

    Tu me donnes l'impression d'être quelqu'un d'apaisé, et peut-être que je suis encore trop jeune pour comprendre, mais qu'est ce que j'aimerais bien l'être également .. Mais bon, à la vingtaine on a pas de repos, on a tout a prouver !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je te comprends, l'injustice, dans quelque domaine que ce soit, ça me fout toujours en rogne ! J'espère que ça va vite s'arranger pour toi.
      Sinon c'est vrai que je suis apaisée - globalement. J'ai aussi des jours avec et des jours sans mais j'essaie désormais de trouver au moins un truc positif qui a illuminé ma journée. C'est sans doute une question d'âge, oui, et d'expérience aussi. Chaque période de la vie a de l'importance, mais j'ai l'impression de n'avoir pas pu profiter de mes 20 ans. Tu as raison, le rythme est beaucoup trop effréné pour ça ! On ne prend pas le temps d'appuyer sur pause et de savourer le moment. C'est ce que j'essaie de faire maintenant :)

      Supprimer
  7. on va essayer un truc ^^ part one :
    bon, je sais déjà que je vais pleurer en te répondant. janvier 2013, l'amour de ma vie a failli foutre notre couple en l'air, très sérieusement. Lui si fusionnel est rentré d'un week end chez sa tante (premier "voyage" non pro sans moi) en me disant qu'il ne m'aimait plus, qu'il ne ressentait plus rien pour moi, moins de deux ans après notre mariage. Après une délicate conversation dans laquelle il me reprochait en vrac de tout un tas de choses, dont je lui démontrais que tout ou presque était en réalité de son fait, il s'est avéré qu'en fait il ne ressentait plus rien pour rien, et que du coup, comme il ne ressentait plus rien pour moi, c'est qu'il ne m'aimait plus. Après qu’il ait compris que c'était plus un sentiment global que personnel pour moi, j'ai réussi à le convaincre d'aller consulter un psy, ce qu'il a fait. Mais pendant un long mois, il ne supportait pas que je l'embrasse ni même que je le touche, lui qui était si câlin. il est devenu odieux, me traitant moins bien qu'une colocataire, mais au moins il a entamé une analyse. Vers la fin du mois, les choses semblaient aller mieux, il recommençait à me faire des petits bisous, me donner des mots tendres quand il est parti en déplacement à l'étranger 4 jours. Avant cette crise, il m'appelait tous les jours de son travail, quand bien même on se retrouvait le soir, même quand il était en déplacement à l'étranger. Il est parti le dimanche midi (je bossais), en me disant qu'il ne savait pas s'il rentrait le mercredi ou le jeudi, qu'il me tiendrait au courant. à partir de là, jusqu'au mercredi soir, aucune nouvelle, aucune info. Depuis un an, ma soi-disant meilleure amie était aux abonnés absents plus de nouvelles plus rien, plus personne parmi mes amis ou connaissances ne semblait se soucier de moi. Le mercredi midi, j'ai appelé ma mère pour trouver du soutien, en général, quand ça va mal dans un couple, la femme appelle sa mère, non ? J’ai été servie, ma mère m'a envoyé ballader, pire, elle m'a dit de faire comme si ne rien était, comme si il avait tous les droits.il faut dire que depuis que j'ai présenté mon homme à mes parents, ma mère est comme tombée amoureuse de lui. Plus d'une fois, j'ai du lui faire remarquer que c'était moi, sa fille, que lui était son gendre. Mon père m'a appelé quelques heures plus tard, j'ai cru sur le moment qu'il allait me reprocher d'avoir envoyé ma mère balader, mais il n'était au courant de rien, et quand je lui ai expliqué la situation et la réaction de ma mère, il a été scotché. il m'a écouté pendant que je pleurais, puis m'a conseillé calmement ce que j'avais exactement prévu de faire, comme quoi on se ressemble beaucoup lui et moi.

    RépondreSupprimer
  8. ça marche ! part 2
    . En faisant des sacrifices (abandon de mon activité, entre autre), j'ai réussi à sauver mon mariage, mais à partir de ce moment là, ma mère n'a cessé chaque fois qu'on allait les voir (en moyenne tous les 15 jours) quand mon père discutait "entre hommes" avec mon époux, de me dire ne le laisse pas partir, fait ce qu'il faut pour le garder etc... Depuis janvier, elle me reprochait de ne plus avoir d'activité professionnelle : s'il te quitte tu te retrouveras sans rien ! Ça a duré un an et demi avec d'autres incidents de la part de ma mère et ma sœur qui ont envenimé les choses pour moi. L’attitude de ma mère m'empêchait ne serait-ce que de commencer à cicatriser. Je ne parlais de rien à personne, même pas à mon mari sauf les réflexions de ma mère, ça le rendait dingue, mais que pouvait-il faire ? Fin juin, j'ai coupé les ponts avec mes parents et ne plus avoir de nouvelles de mon père malade me fait beaucoup souffrir. Mais d'un autre côté, je commence enfin à parler de ma souffrance et de mes peurs à mon mari et j'ai enfin recommencé à écrire. Moi qui vis recluse depuis plus d'un an, j’envisage de pouvoir de sortir et de voir plus de dix personnes d'un coup ! Et la meilleure amie de mon mari m'a engueulée en me disant que tant que je ne lui demande pas de prendre parti, elle est là pour m'écouter.voilà, fallait pas demander comment je vais ma belle, j'ai ouvert les vannes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage ma belle. Je t'embrasse.

      Supprimer
  9. Article très touchant :)
    Alors, pour moi, ça ne va pas vraiment, autant "socialement" que professionnellement, mais malgré mon jeune âge, j'ai toujours appris à sourire quand même et à voir les bonnes choses. Ca passera de toute façon, comme tout. Répondre "ça va et toi?" en souriant quand on me pose la question, c'est certes machinal mais au final ça fait du bien de le dire, comme si c'était pour s'en convaincre. J'essaie comme toi, de trouver le bonheur un peu partout, même si ce n'est pas encore évident :)
    En tout cas ton blog reste un de ceux que je préfère lire, même si je ne suis plus beaucoup présente en ce moment :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, je n'en parle pas beaucoup, parce que je ne sais pas très bien encore comment le formuler, mais je crois beaucoup à l'influence des énergies, les positives comme les négatives. Je pense sincèrement que quand tu réponds, "ça va" en souriant et que ça te fait du bien, c'est parce que tu te mets dans une énergie positive. Et je parie que ça ne fait pas du bien qu'à toi, mais à tes interlocuteurs aussi ! :)
      Cela dit, il est important je pense de trouver au moins une personne de son entourage à qui l'on peut se confier et dire ce qui ne va pas. Voir le positif, c'est génial, ça change la vie, je peux en témoigner. Et je t'encourage à continuer dans cette voie, tu t'en doutes ! Mais exprimer le négatif, le sortir de soi pour ne pas le traîner comme un boulet, c'est vital aussi.
      Je t'embrasse fort.

      Supprimer
    2. Je suis totalement d'accord avec toi :) Et j'ai de la chance, j'ai une meilleure amie en or pour sortir le négatif de temps en temps ^^

      Supprimer
    3. Nickel ! :) Ma meilleure amie et moi, on se souvient encore de nos grandes discussions dans sa Fiat Panda verte ! Elle en a connu des confidences, cette voiture ! ^^

      Supprimer
  10. Tout tape, puis tout perdu :-(
    Billet superbe et bien ecrit! Ca me touche bc!!!
    Bref, je disais que j'etais fort stressee car je vais demenager dans 6 jours. D'allemagne de retour en Belgique. Avec deux petits enfants, c'est dur. Je me rejoui mais pour le moment je ne vois pas encore la fin de mes cartons donc je rale pas mal ... D'autant plus que je viens de laisser derriere moi une periode horrible au niveau professionnel. J'espere que je vais vite retrouver mon bonheur dans mon petit pays! Meme si chez moi le moi difficile c'est Juillet, cet octobre ce, ma maman ma manque enormement. Sans doute que le stress y a avoir. Ca fait 12+ ans et je n'ai pas encore trouve ma paix... Je t'embrasse bien fort! EvelienXoxo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah moi non plus je n'aime pas les déménagements, c'est tellement de boulot ! Je te souhaite bon courage pour les cartons et surtout beaucoup de bonheur en Belgique, c'est un pays que j'adore ! Je comprends que tu aurais aimé partager ça avec ta maman... Je t'embrasse fort ma belle !

      Supprimer
  11. Comme tes mots sur ta relation avec ta mère me parlent (et me rassurent quelque part : la réconciliation est possible).
    Belle initiative, en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'à un moment donné, l'amour que tu as pour la personne prend le pas sur tout le reste, et la colère, la frustration et le ressentiment n'ont plus d'importance face à son départ imminent. Je ne peux pas dire que nous nous soyons entièrement réconciliées puisque nous n'avons jamais pu mettre les choses à plat. Mais pendant les dernières semaines de sa vie, nous n'étions plus que dans l'affection et la joie d'être ensemble, c'est pour ça que je parle d'apaisement.

      Supprimer
  12. Bonsoir Isa,
    enfin je trouve du temps pour lire, écrire. Je suis en train de parcourir tes articles ! celui-ci bien sur me touche.
    Je suis en plein chamboulements et toujours en demi teinte. Les choses changent, mon confort, la peur de la nouveauté, la perte de contrôle sur mon planning, ma vie. Je vais bien néanmoins. Comme toi j'ai fait le choix du bonheur mais rien n'est certain et les jours se teintent tantôt de noir, de gris ou de blanc. C'est un combat de toute une vie mais cela en vaut la peine.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela en vaut vraiment la peine. Je sais que cette période est compliquée pour toi. Les périodes de transition ne sont jamais faciles. J'espère que celle-ci se passera au mieux et surtout t'apportera ce que tu souhaites.
      Bises

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...