lundi 2 juin 2014

Un mot pour le mois #2


Mai fut un mois étrange et pas si joli que ça. J'étais prête à écrire que le bilan n'est pas ultra-positif, et pourtant ça n'est pas vrai car mai fut aussi, à bien des égards, un mois riche en enseignements. J'ai vécu ponctuellement de très bons moments et je crois avoir réussi, dans l'ensemble, à cultiver la joie comme je m'y étais engagée en début de mois. J'ai privilégié les sorties en famille et les instants de partage. Mais, parallèlement, je n'ai mené à bien aucun des objectifs que je m'étais fixée. Enfin, ce n'est pas tout à fait vrai : j'ai bien établi la liste de mes traductions, mais je ne l'ai pas encore mise en ligne sur LinkedIn et je ne l'ai pas encore envoyée à la SOFIA (l'organisme qui reverse aux auteurs le droit de prêt en bibliothèque). Je ne me suis pas occupée de la nouvelle mise en page de mon blog. Je ne me suis pas attaquée à la réorganisation de ma cuisine, qui est mon nouveau grand projet de réaménagement dans la maison. Et je n'ai pas vraiment pris le temps de consacrer 30 mn par jour à l'écriture ou à toute autre activité créative. 

Résultat, même si je suis heureuse d'avoir consacré du temps à ma famille, c'est l'insatisfaction qui domine à l'heure où j'écris ces lignes. Et je ne peux même pas dire que c'est la faute à un emploi du temps professionnel bien chargé. Ça, ce n'est qu'une excuse. Ce qui m'a fait défaut, en ce mois de mai, c'est la discipline. Sans elle, je n'ai pas eu la volonté d'arriver au bout de ma to-do list et de tenir les engagements que j'avais pris envers moi-même. Pendant un mois, je me suis abrutie de séries télé et de jeux sur Internet. J'ai recommencé à me coucher très tard, entre minuit et deux heures du matin. Et plus je procrastinais, plus je sentais l'insatisfaction et l'impatience grandir en moi. Je me suis retrouvée très loin, finalement, de cet état de bien-être que j'ai connu en janvier, par exemple.

Malgré tout, je n'ai pas vraiment perdu mon temps, même si je pourrais être tentée de croire le contraire. Ces quelques semaines de "grand n'importe quoi" m'ont prouvé que les efforts que je fournis par ailleurs pour mener une vie plus saine et plus positive en valent vraiment la peine. Du coup, je considère un peu ce drôle de mois de mai comme un test, une étape nécessaire pour retrouver ma motivation et me permettre de repartir de l'avant. 

Vous l'aurez compris, le mot du mois, en juin, ce sera donc discipline. J'ai besoin d'un cadre. Cela ne veut pas dire que celui-ci doit être inflexible. Avec ses nombreux jours fériés, le mois de mai m'a aussi appris la souplesse, et je sais que je peux échanger une journée de liberté dans la semaine contre une journée de travail le week-end si c'est nécessaire. Mais si je veux consacrer 30 mn par jour à une activité créative, il faut que je me fixe un horaire, sinon je ne m'y tiendrai pas. Et je veux arriver au bout des objectifs du mois de mai, qui vont donc devenir ceux de juin. Pour la simple et bonne raison que je me sens bien mieux quand j'ai la satisfaction du travail accompli.

Rendez-vous début juillet pour un nouveau bilan et un nouveau mot pour le mois !


Illustrations trouvées sur Pinterest.

Rendez-vous sur Hellocoton !

11 commentaires:

  1. C'est un joli mot, quoique difficile. Je te souhaite de tout coeur de t'y tenir !
    C'est drôle, parce que moi aussi j'ai passé une bonne partie de mai à procrastiner et là, d'un seul coup, je suis en train de mettre en branle plein de trucs... Something in the water, perhaps ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon astrologue de maman serait plutôt allée chercher du côté des étoiles, mais oui, j'ai l'impression que c'est une période propice au regain d'activité. J'ai vu sur d'autres blogs que plusieurs personnes étaient dans le même état d'esprit ! Strange, isn't it? ;-)

      Supprimer
  2. Je trouve cela très inspirant de te lire. Tu vas me dire, toi, ça ne t'avances à rien mais bon :D
    Aussi, je suis assez admirative du fait que tu arrives à choisir UN mot. J'ai essayé de réfléchir pour juin mais il y a beaucoup trop de choses qui me viennent en tête. Résultat, le seul mot que je pourrais sortir c'est brouillon (ce qui, maintenant que j'y pense, correspond assez bien à l'esprit du moment !).

    Bon courage pour tenir cette discipline alors ! ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laura <3
      Si, en réalité, ça m'avance, parce que ça me prouve que j'arrive à m'exprimer clairement, ce qui, quand j'aborde des sujets aussi personnels, n'est pas toujours facile. J'ai tendance à livrer le fruit de mes réflexions plutôt que d'expliquer le cheminement de ma pensée, du coup, ça me paraît parfois confus !
      Pour ce qui est de choisir un mot, figure-toi qu'avant je n'arrivais même pas à en choisir un pour l'année et maintenant voilà que j'en choisis un pour le mois, ça me paraît fou ! A la base, quand j'ai commencé à écrire ce billet, je voulais faire le bilan du mois de mai, et puis le mot du mois de juin m'a sauté aux yeux en écrivant l'une des phrases.
      J'ai l'impression qu'il t'est arrivé la même chose dans ta réponse avec le mot brouillon. Je le trouve plutôt plein de promesses en fait. Tu es dans un état intermédiaire, une phase de réflexion et de recherche, du coup, je vois bien pourquoi il correspond à ce que tu vis en ce moment. Enfin, ce n'est que mon ressenti ;-)

      Supprimer
    2. Tout est dans la réflexion alors. Oui, c'est vrai que c'est exactement ce qu'il m'est arrivé tout à l'heure (je ne te cache pas que j'y réfléchi beaucoup depuis mon commentaire de tout à l'heure, cela mériterait d'être creusé).
      Une chose est sûre, depuis le mois passé cela me travaille l'idée de définir un mot par mois, c'est une bonne façon de s'orienter tout en se laissant le temps de se perdre un peu en chemin. Un mois, cela passe vite mais c'est tout de même 30 ou 31 jours, ce qui n'est pas rien ! :)

      Supprimer
  3. Il faut savoir aussi être flexible avec soi même et ne pas se fixer des objectifs trop haut ou intenable, il faut être SMART comme en marketing (Specific, Measurable, Achievable, Realistic and Time).
    Mais tu tiens le bon bout, je n'ai pas commenter depuis longtemps mais je suis ton évolution depuis le début. Je trouve que tu prends les choses de plus en plus positivement et c'est top !
    Si jamais essaie de te renseigner sur la "pleine conscience", je suis sure que ça devrait t'aider à vivre l'instant présent et a te sentir mieux encore :)
    Bisous Isa et courage !
    Schuldi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connaissais pas l'acronyme SMART mais c'est tout à fait ça ! ^^ C'est ce que t'apprennent en tout cas tous les livres sur la pensée positive. Le truc, c'est que je pensais avoir bien décomposé mes projets en petites étapes faciles à réaliser, je pensais aussi m'être fixée des objectifs réalistes, c'est juste que j'ai eu une flemme incroyable. Mais, encore une fois, il y avait une leçon à tirer de tout ça et je pense l'avoir fait.
      La pleine conscience, on m'en parle beaucoup en ce moment, il faut que je me penche dessus, mais je ne suis pas encore tout à fait assez motivée. Je suis sûre que ça viendra un jour, j'essaie de ne pas trop forcer les choses non plus !
      Merci pour ton message, en tout cas. Gros bisous !

      Supprimer
    2. Je suis entièrement d'accord avec toi sur le fait de ne pas trop forcer les choses.
      Chaque chose vient à point qui sait attendre et c'est bien vrai. Lorsque tu seras prête tu le sauras et tout deviendra "facile" :)
      Courage en tout cas, c'est un long chemin mais un beau !
      Bisous!
      Schuldi

      Supprimer
  4. Comme ton billet est instructif (je me retrouve dans tout ce que tu dis, sauf que toi, tu sais le dire) ^^
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alice ! C'est fou parce que j'avais justement l'impression de ne pas savoir le dire, mais j'ai décidé de me jeter à l'eau et de le publier quand même, ce billet. Si j'ai bien fait, alors tant mieux :)
      Bonne continuation à toi aussi !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...