mardi 29 avril 2014

Eleonore Fernaye - Audacieuse Sarah

Eleonore Fernaye Romance historique Milady Romance
Amérique, 1783. La Guerre d’indépendance touche à sa fin. Avant son retour en France, Louis doit remettre à Sarah le médaillon de son frère disparu. La jeune femme est troublée par la visite de l’officier, d’autant que des pluies torrentielles contraignent ce dernier à prolonger son séjour dans la plantation familiale.
Menacée par un cousin qui veut l’épouser pour son héritage, Sarah va conclure un faux mariage avec son visiteur. Et si cette union n’était pas un simple échange de bons procédés ? De retour en France avec son Américaine dépourvue de titre de noblesse, la mission de Louis s’annonce plus compliquée que prévu

Ce deuxième tome de "La Famille d'Arsac", série entamée l'année dernière avec l'excellent Scandaleuse Elisabeth, vient confirmer tout le talent de son auteure. J'ai retrouvé avec bonheur les personnages du premier tome et j'ai été ravie de faire la connaissance de Sarah, cette jeune Américaine dévouée corps et âme à sa terre. L'amour n'a que bien peu de place dans la vie de cette jeune femme bien décidée à faire revivre la plantation familiale malgré la mort de son père et de son frère. Elle se bat aussi pour préserver la liberté des anciens esclaves affranchis par son père. Mais ses voisins ne voient pas la chose d'un très bon œil, pas plus que son cousin qui voudrait l'épouser pour faire main-basse sur le domaine. Et voilà qu'un jeune officier français, Louis d'Arsac (frère d'Elisabeth, l'héroïne du premier tome) vient lui remettre un médaillon ayant appartenu à son frère. Ni l'un ni l'autre ne souhaitent s'embarrasser d'un conjoint, mais les circonstances pourraient bien en décider autrement...

Avec Audacieuse Sarah, Éléonore Fernaye étoffe son univers tout en assurant la continuité de sa série. Elisabeth et Sarah ont en commun un désir d'émancipation. L'une souhaite promouvoir l'éducation des filles, l'autre veut prouver qu'une femme peut diriger une plantation. Dans les deux cas, l'amour n'est qu'un accident de parcours, presque un écueil pourrait-on dire. Et pourtant, pas un instant je n'ai eu l'impression de lire le même roman. Cela tient parfois à des différences subtiles mais qui n'en sont pas moins remarquables : les scènes d'amour, si réussies dans le premier tome, le sont ici tout autant, mais la sensualité de Sarah n'est pas celle d'Elisabeth et, après avoir soigneusement établi un parallèle entre ses deux héroïnes, l'auteure s'applique à montrer leurs différences jusque dans les bras de leur amant.

Autre nouveauté, les décors : de l'Amérique de Benjamin Franklin à la cour du roi Louis XVI, le 18ème siècle continue de prendre vie sous nos yeux. Nous sommes juste après la révolution américaine et juste avant la révolution française. Entre un pays tout neuf qui se construit et un autre chargé d'histoire mais empêtré dans ses traditions, le choc des cultures est forcément rude pour Sarah. Une fois encore, Éléonore Fernaye met ses impressionnantes connaissances au service de son récit, et je me suis régalée, tout simplement. C'est une jolie fresque historique qui est en train de prendre forme sous nos yeux, et je peux vous dire que j'attends la suite avec impatience !

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Suite à ta chronique du tome précédent, je me le suis fait offrir à Noël. Et... il m'a laissée sur ma faim. J'ai bien aimé le lire, il est bien écrit, mais je l'ai trouvé un peu trop centré sur la relation amoureuse "je t'aime, moi non plus", "fuis moi, je te suis, suis-moi je te fuis" des deux héros, là où j'attendais plus d'action et d'implication d’Élisabeth pour faire bouger l'éducation des filles. Pour le moment, je trouve que c'est plus à classer dans la romance sur fond d'histoire que dans la fresque historique.
    Du coup, je ne sais pas trop si j'ai envie de continuer à lire la série.

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Isa,
    Belle chronique qui me donne très envie de découvrir cette série d'ouvrages.
    Bises et belle semaine :D

    RépondreSupprimer
  3. Tu en parles vraiment très bien
    Bisous Isa

    RépondreSupprimer
  4. Une très belle chronique, déjà que la couverture me tentait particulièrement… :)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...