mardi 8 avril 2014

Chloé Cruchaudet - Mauvais genre

Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché dans une chambre d'hôtel. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité. Désormais il se fera appeler Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaître un destin hors norme. Inspiré de faits réels, Mauvais Genre est l'étonnante histoire de Louise et de son mari travesti qui se sont aimés et déchirés dans le Paris des Années folles.

Cette BD, j'en ai entendu parler pour la première fois sur le blog littéraire de ma copine Laura. Un pitch original, une histoire inspirée de faits réels et des commentaires élogieux, il n'en fallait pas plus pour attiser ma curiosité. Du coup, quand PriceMinister-Rakuten a lancé son opération #1blog1bd, j'ai aussitôt sauté sur l'occasion et j'ai reçu Mauvais genre il y a quelques semaines. 

Cette BD avait tout pour me plaire : reconstitution soignée du Paris de la 1ère Guerre puis des Années folles, narration très bien menée (on sait dès le début que tout cela a mal tourné et on a hâte de savoir à la fois comment et pourquoi), mise en page qui déborde des vignettes classiques (j'adore ça) et traitement des couleurs approprié (beaucoup de noir et de rouge) pour influer sur les émotions du lecteur.


Pourtant, je n'ai pas aimé. Intellectuellement, j'ai trouvé ça génial et super bien fait. Émotionnellement, j'ai détesté Paul dès l'instant où il commence à s'en prendre à Louise. Je comprends qu'il ait voulu quitter l'enfer des tranchées. Est-ce que c'est glorieux ? Sans doute pas. Est-ce que c'est censé ? Oh, bon sang, oui, mille fois oui. Mais à rester cloîtré dans sa chambre d'hôtel, il finit par laisser la solitude, l'enfermement et la frustration avoir raison de lui, et il commence à se défouler sur la pauvre Louise qui, de son côté, ne ménage pas sa peine pour les faire vivre tous les deux. Si, au départ, il a l'idée de se travestir en femme, c'est uniquement pour pouvoir enfin sortir de sa chambre devenue prison. Mais, petit à petit, il se crée un personnage, Suzanne, qui va prendre l'ascendant sur lui, sur son couple, sur sa vie. Du bois de Boulogne au cabaret, il ose tout, en entraînant Louise dans ses expériences. Par amour, par curiosité, Louise le suit. Mais elle continue à subir ses accès de rage...
Comme j'ai pris Paul en grippe assez rapidement, j'ai eu du mal à m'intéresser à son sort, même s'il est vrai que sa transformation en Suzanne est tout à fait fascinante. Je pense sincèrement que Mauvais genre vaut le détour et mérite toutes les excellentes critiques qu'elle a reçues. (C'est pour ça que je lui mets, objectivement une note de 15/20.) Malheureusement, pour ma part, je suis passée à côté.

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 commentaires:

  1. interesting. i love your honest reviews, isa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thanks Mark. This one was actually really difficult to write!

      Supprimer
  2. Je comprends car moi aussi je suis passé à coté comme tu dis et je n'ai pas du tout accroché! bises ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouf, je me sens moins seule ! ^^
      Bisous

      Supprimer
  3. Si le pitch m'intéressait, les dessins ne m'ont pas donné du tout envie de lire. Et pour moi, dans une BD, l'attrait du dessin est primordial.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pitch me tentait plus que les dessins moi aussi, mais je trouve qu'ils servent très bien l'histoire et j'aime vraiment le traitement des couleurs.

      Supprimer
    2. (Mais je te comprends parfaitement, hein. Moi aussi, y a des BD où y a juste pas moyen à cause du dessin, même avec le meilleur scénar du monde.)

      Supprimer
  4. Oh zut alors ! Dommage que tu sois passée à côté ! Promis, je te dégoterai bien vite une BD coup de coeur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais je ne regrette pas du tout ! Je suis très contente de l'avoir lue, même si je n'ai pas aimé. Mais je suis preneuse d'une BD coup de cœur, quand tu veux :)

      Supprimer
  5. Je ne suis pas une grande fan des BD je vais passer mon tour cette fois
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir lu ma chronique, bisous Sylvie

      Supprimer
  6. Ta critique me donne envie de la lire, juste par curiosité. C'est dingue d'en avoir à se travestir pour vivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison, j'ai appris quelques détails de la 1ère Guerre mondiale en lisant cette BD.

      Supprimer
  7. Mince alors ça ne t'a pas plu...cette BD me fait également de l'œil cela dit, je n'ai pas encore lu la BD que je me suis acheté pour "tester" l'univers BD alors celle là, on verra plus tard!
    Toujours fidèle au poste à ce que je vois! Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours ! ^^ Merci de ta visite, jolie fée, gros bisous :)

      Supprimer
  8. Cela fait plusieurs semaines que cette BD me fait de l'oeil chez mon libraire et que je n'arrive pas à passer à l'acte... Du coup, après ta critique, j'ai un gros doute.
    Décidément, après Armalite, c'est la semaine des désillusions littéraires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'amène mardi, comme ça, tu pourras te faire ton propre avis !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...