mardi 18 mars 2014

Kimberly McCreight - Reconstructing Amelia

Mère célibataire et avocate de renom, Kate est au milieu d'une réunion hyper importante lorsqu'elle reçoit un coup de téléphone lui annonçant que sa fille Amelia a été suspendue de son très sélect lycée privé pour cause de tricherie. Obéissant à son cœur de mère plutôt qu'à son devoir d'avocate, elle finit par arriver à Grace Hall avec plus d'une heure de retard. Elle est accueillie par les sirènes et les gyrophares des ambulances et des voitures de police. Sa fille n'aurait pas supporté la honte d'avoir été prise en flagrant délit de tricherie et se serait jetée du toit de l'école. 
Éplorée, Kate ne peut se résoudre à croire qu'Amelia a voulu se tuer. Elles n'étaient que toutes les deux, et jamais sa fille ne l'aurait laissée seule comme ça. Puis elle reçoit un SMS anonyme disant : "Amelia n'a pas sauté." Quelqu'un s'amuserait-il à la tourmenter, ou a-t-elle raison depuis le début ? Pour en avoir le cœur net, elle va se lancer dans une enquête qui va la plonger au cœur de la vie privée de sa fille. La connaissait-elle si bien que ça ?

Je n'ai pas assez de superlatifs pour vous dire à quel point j'ai aimé ce thriller que j'ai dévoré en cinq jours. Moi qui ai tendance à fuir le genre parce que je ne supporte plus la surenchère de gore et de sadisme, je me suis régalée avec cette histoire qui repose uniquement sur la psychologie des personnages. Nous découvrons en alternance l'histoire de Kate et le point de vue d'Amelia, qui nous est livré à la 1ère personne comme s'il s'agissait d'un journal intime. Entre deux, les sms et les statuts Facebook de la jeune fille rythment l'intrigue. J'aime beaucoup cette construction qui rend la défunte incroyablement vivante et attachante et qui permet de ressentir la douleur de la mère comme si c'était la nôtre. Car Amelia est une chouette fille et plus on avance dans le récit, plus on aimerait en changer la fin, pourtant inexorable.

Malgré cela, malgré un sujet lourd et difficile - faire le deuil d'un enfant, c'est juste impossible - Reconstructing Amelia évite habilement de tomber dans le pathos et nous livre une intrigue en béton armé. Je n'ai pas relevé la moindre incohérence, alors que la structure aurait pu s'y prêter - Kate remonte le temps pour les besoins de son enquête tandis que nous suivons Amelia dans l'ordre chronologique des deux derniers mois de sa vie. Au final, la boucle est parfaitement bouclée, sans que jamais l'on n'ait perdu de vue un seul instant la mécanique infernale du piège qui se referme peu à peu sur les victimes innocentes. 

Impossible de vous en dire plus sans dévoiler des détails cruciaux de l'intrigue, ce qui serait vraiment dommage. Je peux juste vous dire que j'ai particulièrement apprécié le portrait que dresse Kimberly McCreight d'une jeunesse dorée mais cruelle. Impossible de lire son roman sans penser à Gossip Girl, évidemment, mais croyez-moi, l'élite de l'Upper East Side passerait presque pour des enfants de chœur à côté des élèves de Grace Hall. Reconstructing Amelia nous rappelle que l'adolescence est un rite de passage à l'âge adulte et que ça passe ou ça casse. Dans bien des cas, et notamment le mien, ça passe, dans la douleur, mais ça passe. Et parfois, malheureusement, ça casse...

Reconstructing Amelia n'a pas encore été traduit en France. Pour les lecteurs anglophones, je n'ai qu'un conseil, ruez-vous sur la VO, d'autant qu'elle est déjà disponible en poche (et même à tout petit prix en version Kindle). Pour les autres, retenez-bien ce nom : Kimberly McCreight. Son coup d'essai est un coup de maître.


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires:

  1. Bon... ben... ou je prends des cours d'anglais intensif, ou j'attends la traduction :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il va bientôt être traduit, il le mérite !

      Supprimer
  2. Dis j'ai une question ma chère Isa : si je l'achète, est-ce que tu crois que je peux me procurer la version audio aussi ?
    Parce que j'ai réellement besoin d'apprendre à écrire anglais - et à le parler aussi - comme une fluent person... (rapport au fait que je dois écrire un tas d'articles en anglais dans le cadre de mon job en Hongrie...)
    Gros bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, apparemment, il est disponible en version audio également. C'est cool d'écrire des articles en anglais, on va pouvoir discuter ensemble dans la langue de Shakespeare ! :)
      Gros bisous !

      Supprimer
  3. Je vais donc le télécharger sur ta recommandations
    Merci ma belle
    Bisous

    RépondreSupprimer
  4. Hiii, sur ma liste ! J'ai eu quelques déceptions livresques récemment, mais je viens de recevoir How I Live Now, soyons raisonnables.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...