mardi 3 septembre 2013

Tom McNeal - Nebraska Song

Judith Whitman a toujours cru au grand amour. Un sentiment capable de vous transporter au bout du monde. Cette passion-là, elle l'a connue, à 17 ans, avec Willy. Mais leur histoire ne dure que le temps d'un été, Judith devant partir pour l'université. Aujourd'hui, à 44 ans, Judith vit à Los Angeles auprès d'un mari qu'elle soupçonne d'infidélité et de leur fille, avec qui elle n'arrive plus à communiquer. Les souvenirs de son premier amour la hantent. C'est alors qu'elle retrouve le numéro de téléphone de Willy... Quelle serait sa réaction si elle l'appelait, plus de vingt ans après ? L'a-t-il oubliée ? Peut-on rattraper le temps perdu, changer le cours des choses sans sacrifier ce que l'on a construit ? Revoir Willy permettra-t-il à Judith de sauver son couple ? Un portrait de femme émouvant et juste, doublé d'une interrogation sur l'essence même du bonheur, avec pour décor les paysages grandioses du Nebraska.

C'est la chronique de ma chère Onee-Chan qui m'a donné envie de lire ce roman et je dois dire que, pour une fois, nous ne sommes pas du même avis. Tout commence par un incident qui, personnellement, m'aurait fait bondir. En rentrant chez elle, un soir, Judith trouve les meubles de sa chambre d'adolescente abandonnés sur la pelouse. Pour son seizième anniversaire, sa fille, qui les détestait, s'est fait offrir une chambre toute neuve avec la complicité de son père. Seulement voilà, ces meubles ont une histoire et une grande valeur sentimentale pour Judith. Résignée, elle décide de les mettre dans un garde-meubles plutôt qu'au rebut. Cet événement agit comme un élément déclencheur : elle prend du recul et, sans forcément le vouloir au départ, commence à faire le bilan de sa vie. 

Il s'agit bel et bien d'un portrait de femme, émouvant d'une certaine façon, juste aussi, sûrement, mais je n'ai jamais réussi à m'attacher à l'héroïne. J'ai été touchée par certains passages, notamment le récit de sa rencontre avec Willy (un très beau premier amour, joliment décrit), et la façon dont, déboussolée dans sa vie d'adulte, Judith reconstitue sa chambre d'adolescente dans un garde-meubles. Mais, ce qui m'a gênée, c'est qu'à aucun moment elle ne sait ce qu'elle veut. Adolescente, veut-elle aller à l'université ? Elle ne sait pas vraiment, jusqu'au moment où une université prestigieuse l'accepte. La joie qu'elle éprouve lui fait prendre conscience que si, en fait, elle en avait envie. Veut-elle devenir maman ? Oui, peut-être, mais on dirait surtout que c'est un passage obligé pour elle, une étape de plus dans cette vie d'adulte qu'elle a soigneusement planifiée et construite. Cela ne lui procure pas une très grande satisfaction, comme son métier, comme son mariage. On comprend très bien pourquoi elle étouffe, du coup, mais, bien qu'elle se tourne vers le passé comme un échappatoire, elle ne donne à aucun moment l'impression de reprendre son existence en main. Va-t-elle réussir à sortir de ce marasme ? Difficile à dire car Judith se laisse porter, d'un caprice à l'autre, j'aurais envie de dire. Car c'est elle et elle seule qui a gâché ce premier amour dont le souvenir la hante. Elle est entièrement responsable de sa situation, même si le mot caprice est peut-être mal choisi. (Peut-être vaudrait-il mieux parler d'errance.) J'ai donc eu bien du mal à la plaindre. 

Tout n'est pas négatif, loin de là. J'ai lu Nebraska Song en quelques jours à peine, séduite malgré tout par un très beau portrait de l'Amérique profonde. Le style de l'auteur n'est pas désagréable et j'ai même envie de lui donner une autre chance avec son premier roman, Goodbye Nebraska (qui n'a pas encore été traduit, j'ai l'impression). Mais, clairement, la personnalité de Judith m'a consternée. Un bilan très mitigé, donc. (Désolée, Onee, j'aurais vraiment aimé partager ton coup de cœur !)

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires:

  1. C'est une histoire qui pourrait peut-être me parler, il me semble avoir quelques points communs avec l'héroïne ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais bien avoir ton point de vue, jusqu'ici je n'ai lu que des critiques positives. Du coup, ça m'intrigue.

      Supprimer
  2. C'est moi qui suis désolée que tu n'en n'aies pas autant profité que moi ! Autant les héroïnes comme ça m'agacent assez vite le plus souvent, autant là j'ai trouvé que justement on comprenait son comportement et donc on s'y attachait facilement. C'est sûr que de toutes façons les lectures dépendent aussi de nos expériences et ressentis personnels et je me doutais bien que tout le monde n'aimerais pas cette romance qui est une rétrospective : pour ma part j'ai profondément compris justement ce besoin de faire une pause pour penser au passé, de se lover dedans pour repartir sur de bonnes bases. Et puis ses doutes aussi, que le destin se chargera de trancher,l'impression de s'être laissé porter sans trop réfléchir ni maîtriser.
    Je ne sais pas s'il me referait le même effet mais j'avais aimé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais j'ai aimé l'aspect rétrospective et je comprends parfaitement le besoin de faire une pause, le retour aux sources, les doutes, etc. Mais j'ai trouvé, personnellement, qu'à aucun moment elle n'infléchissait son destin, dans un sens ou dans l'autre. Du coup, autant j'ai ressenti une immense compassion pour Willy, autant je n'ai jamais pu plaindre Judith. Se laisser porter, c'est bien, mais à un moment donné, il faut agir et prendre des décisions (et pas seulement sur un coup de tête). J'ai aimé que la fin soit ouverte mais, vu le personnage, tu as un peu l'impression qu'elle va continuer à ne rien faire.

      Supprimer
    2. Ah mais j'ai adoré willy, et comme toi j'avais envie de lui dire à la fac de revenir vers lui^^
      mais peut-on vivre avec son premier grand amour ? Elle était jeune, je crois qu'elle n'avait pas conscience de vraiment le laisser filer pour de bon, ni que ce soit le grand amour vraiment. Et puis entre une vie toute tracée et une où il faut se battre un peu plus, plein de gens laissent d'abord glisser... Elle aurait eut-être fini par choisir, mais le destin a choisi pour elle et c'était presque inévitable. Nan décidément je comprends ton point de vue mais j'ai trouvé ça très beau :D
      Il me tarde de discuter avec toi des robes oubliées que je n'avais pas aimé plus que ça alors que tout le monde adore, du coup !!

      Supprimer
  3. A noter alors, je ne l'ai pas lu
    Bisous Isa

    RépondreSupprimer
  4. tiens ton article m'intrigue, je le mets dans ma wishlist !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai bien envie de le lire ce roman tien ^^

    Kisses
    http://www.mademoisellemode.com/

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...