mardi 20 novembre 2012

J.K. Rowling - Une place à prendre

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie. Attendue de tous, J.K. Rowling revient là où on ne l’attendait pas et signe, avec ce premier roman destiné à un public adulte, une fresque féroce et audacieuse, teintée d’humour noir et mettant en scène les grandes questions de notre temps. 

Tout d'abord, je tiens à remercier mon amie Armalite et le site Price Minister qui m'ont permis de lire ce livre dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire. Sans vous, je serais passée à côté d'un grand livre, donc merci. 

Ma chronique risque d'en surprendre plus d'un, car j'ai passé les trois dernières semaines à descendre en flammes ce roman, ou tout au moins sa première partie. J'avais bien du mal à progresser dans ma lecture, le moral plombé par la mesquinerie des personnages que Rowling dépeint avec un talent certain mais sans la moindre pitié. J'étais parfaitement consciente qu'on serait très loin de l'univers de Harry Potter, je le souhaitais même, mais je ne m'attendais pas à tant de cruauté, ni à ce petit arrière-goût de voyeurisme. La satire sociale, je veux bien, mais quand même, pas la moindre lumière au bout du tunnel ? C'est lourd, surtout en ce moment où j'ai besoin de me changer les idées. 

J'étais presque prête à abandonner. S'il n'y avait eu ce partenariat qui m'obligeait à publier cette chronique le 20 novembre (aujourd'hui, donc), j'aurais reposé le livre en me disant que je le terminerais plus tard - ou pas. Et puis... Et puis, je me suis laissée happée par le récit, malgré son caractère résolument glauque. C'est essentiellement dû à la qualité de l'écriture. Qu'on se le dise, J.K. Rowling est un très grand écrivain, et pas parce qu'elle a vendu je ne sais combien de millions d'exemplaires de ses œuvres à travers le monde. Elle fait preuve d'une incroyable maîtrise de son art. Sa mise en place, bien que longue, m'a rebuté par sa noirceur, mais jamais elle ne m'a ennuyé. Les pages défilent toutes seules pour peu qu'on n'ait pas envie d'échapper à l'univers étouffant de Pagford. Et surtout, on se rend compte que tous les éléments du drame sont là depuis le début. Ils sont d'abord épars, car les protagonistes sont nombreux et l'intrigue va et vient de l'un à l'autre. Mais ils finissent par se rassembler petit à petit, et la tension monte crescendo jusqu'au dénouement final où on ne peut qu'admirer l'auteure qui a orchestré tout cela d'une main implacable. 

Je ne saurais dire à quel moment ma lecture a cessé d'être pénible pour devenir captivante. Mais, sur les deux derniers jours, j'ai dû dévorer pas loin de 500 pages. Cette nuit, j'ai refermé le livre vers 4h du matin. Et vous savez quoi ? Lire une bonne partie de la nuit, ça ne m'était plus arrivé depuis l'été 2007, où j'avais sacrifié l'une de mes précieuses plages de sommeil (j'allaitais mon fils toutes les trois heures) pour terminer... "Harry Potter et les Reliques de la Mort".

Alors, si vous avez le moral, un peu de temps devant vous et l'envie de découvrir de quoi est capable cette magicienne des mots, je vous recommande vivement  de lire "Une place à prendre". Mais si vous déprimez en vous disant que le monde marche sur la tête, passez votre chemin, ce n'est pas ce roman-là qui vous réconciliera avec le genre humain.

Ma note : 17/20

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires:

  1. J'ai mis la même note dans le message envoyé à Oliver ^^

    RépondreSupprimer
  2. Il faudrait que je le lise celui-là. :)

    RépondreSupprimer
  3. Aaah voilà donc enfin une "critique" précise de ce livre ! Je l'ai acheté mais pas encore pu le lire, juste commencé. Et je commençais à prendre peur devant tout ce que je lisais dessus... Bon, je ne suis pas sûre de vouloir avoir confirmation de la noirceur des gens... MAis j'aime les bones lectures et puis maintenant que je l'ai : autant me faire une idée moi-même !! Allez, je termine l'actuel et j'entame celui-ci ;)
    Merci et bisous

    RépondreSupprimer
  4. Cécile de Brest20 novembre, 2012 13:37

    Je dois être la seule personne de la planète à ne pas avoir lu une seule ligne de cette auteure. Je n'ai jamais lu aucun Harry Potter...
    Mais ici, tu me donnes envie !

    RépondreSupprimer
  5. J'ai lu la critique d'Armalite dans la matinée (qui, j'avoue mon addiction secrète à son blog, me donne généralement envie de lire des bouquins comme personne). Mais cette fois c'est ta critique qui finit de me convaincre de le lire. J'avoue être fan inconditionnelle de J.K.Rowling, pour les Harry Potter (même si le 6 ...), que j'ai dévoré plus d'une fois, pour lesquels je faisais la queue dans les librairies tard la nuit,et pour lesquels je sacrifiais une bonne partie de mon sommeil qu'impossible de décrocher, tout ça tout ça ... Bref, j'avais peur de lire quelque chose de nouveau et totalement différent de la même auteure, détruisant un mythe que je me suis construit. Je vais peut-être bien me laisser tenter ... J'avoue que le coté noir que vous indiquez toutes les deux m'attire beaucoup.

    RépondreSupprimer
  6. Même si en ce moment, je trouve que le monde marche particulièrement sur la tête, j'ai trop aimé l'univers d'Harry Potter pour louper ça, faut que je m'y mette ! En plus, tu donnes envie de le lire !

    RépondreSupprimer
  7. c'est un très bel avis que tu nous livres ici, et qui m'a convaincue de tenter la lecture de ce livre !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...