lundi 3 septembre 2012

Irlande #1 La croisière s'amuse (il paraît)


Oui, je sais. Vous attendez tous et toutes des jolies photos avec de l'herbe bien verte, des moutons et de la pluie dessus. Mais, comme il faut un prologue à toute bonne histoire, je vais commencer par vous raconter la traversée Roscoff-Cork, qui ne fut pas exactement une partie de plaisir. Quand j'ai acheté le séjour sur vente-privée début mars, je m'étais dit, naïvement, que ce serait une grande aventure pour toute la famille, cette histoire de bateau. On a même hésité avec l'Espagne car, oui, Brittany Ferries propose aussi des séjours là-bas, avec un aller Roscoff-Bilbao en bateau et un retour en voiture (ou l'inverse). Dans ma grande ignorance (et dans mon enthousiasme), j'aurais donc pu choisir une traversée de 21h (contre 14 vers l'Irlande). Béni soit mon amour pour l'île celte, je crois bien que je ne survivrais pas à une traversée d'une journée ! (Mon chéri, goguenard, me rappelle qu'avant de monter à bord du Pont-Aven, je lui ai lancé que j'irais bien à New York en bateau, "parce que ça fait une croisière de 5 jours et que l'arrivée dans le port de New York doit être absolument incroyable". Il y a des fois, vraiment, où on ferait mieux de se taire.)


18h : Nous prenons place dans la file de voitures qui attendent de monter à bord du Pont-Aven. Nous savons que l’attente sera longue. Mais nous avons tout prévu : nous lisons pendant que les enfants jouent à Angry Birds sur le HTC du chéri. Angry Birds, c’est le bien.

19h30 : Après les démarches administratives et la longue attente, nous voici garés dans le ventre du Pont-Aven. Nous prenons nos affaires pour la nuit et laissons la voiture pour découvrir notre ferry qui, au vu de sa taille et du luxe qu’il propose, mérite largement le nom de paquebot. Dès les premières coursives, je me prends à regretter d’avoir vu Titanic 6 fois. C’est beau, ça brille, j’aimerais bien ne pas finir au fond de l’eau…

19h45 : Notre cabine est fonctionnelle et les couchettes plus confortables que nous le pensions. Je regrette de n’avoir pas payé un supplément pour une cabine avec hublot. Mais je me dis que ce n’est pas grave, juste un détail. (Ah ah ah.) Nous laissons nos affaires et partons à la découverte des services qu’on nous propose. Nous sommes à 2 mn du spa qui propose un nail bar Opi. Je pense à toutes mes camarades blogueuses beauté. Je me laisserais bien tenter, mais nous avons d'autres priorités : la mascotte du bateau, une grosse peluche géante, accueille les enfants un pont plus bas. Deux énormes câlinous et deux autocollants plus tard, on croise également un clown et sa marionnette chien qui nous donne RDV le soir au bar pour une distribution de ballons.

20h15 : Après avoir visité successivement le restaurant, le self et le café qui sert des sandwiches, on jette notre dévolu sur le self. Tout le monde fait le malin et mange de bon appétit, nous comme les autres. Forcément, le Titanic Pont-Aven n’a pas encore appareillé.

21h15 : Nous voilà sur le pont promenade pour assister au départ. Ca bouge un peu sous nos pieds, c’est rigolo. Comme je suis une poule mouillée (littéralement, puisqu’il pleut), je refuse de monter tout en haut, là où le bastingage n’est pas protégé par des vitres qui montent jusqu’à hauteur d’homme. Chéri s’en va admirer la vue et promet qu’elle vaut le détour. Moi, je trouve que derrière ma vitre, elle le vaut tout autant.

21h00 (en réalité, 22h00, mais on est déjà passé à l’heure irlandaise sur le bateau) : Nous voilà au bar. Ca secoue, beaucoup. Les enfants ont droit à leur ballon. Ils le choisissent en forme d’épée. (C’est important pour la suite.) Nous rencontrons une jeune fille et sa grand-mère qui ne font que la croisière, en réalité. Après l’escale de six heures à Cork, elles repartiront aussitôt pour rentrer à Roscoff dimanche. La jeune fille ne se sent pas très bien. Je suis soulagée de m’en sortir avec une vague sensation d’écoeurement.

22h00 : Et si on buvait un coup ? Ca tangue, c’est rigolo, enfin, j’essaie de m’en convaincre. Je descends d’un étage chercher de la bière. Je découvre avec surprise qu’il n’y a pas de Guinness sur le Pont-Aven, mais de la Murphy’s. Bon, ben, le chéri devra s’en contenter. De toute façon, moi, je voulais une Despé. On ne change pas une équipe qui gagne. Je suis une warrior, je réussis à monter l’escalier sans renverser une seule goutte de la bière du chéri alors que son verre est plein à ras bord. (Pour la Despé, c'est plus facile, elle est en bouteille.)

22h30 : J’ai dû boire à peine un quart de ma bière alors que chéri a fini la sienne. Je ne me sens pas très bien. Les enfants, eux, se portent à merveille. Vous vous souvenez de leurs ballons-épées ? Depuis tout à l’heure, ils se battent en duel comme aux JO (mais avec de meilleurs résultats). Oui, oui, malgré le roulis. Je ne sais pas comment ils font.

22h35 : On décide d’aller se coucher. Un petit tour par le pont promenade pour aspirer une goulée d’air, et nous voilà de retour dans notre cabine sans hublot. C’était une très mauvaise idée, l’économie du hublot. J’envisage de retourner dormir sur le pont-promenade malgré la pluie. Je ne sais pas si je vais supporter les mouvements du navire une fois allongée.

1h00 : Après un début de nuit difficile, un sentiment de triomphe (mêlé de soulagement) s'empare de moi. I am the queen of the world. Léo et Kate peuvent aller se rhabiller. Toute seule sur ma couchette, j’ai triomphé des éléments, je n’ai plus le mal de mer, je ne fais plus qu’un avec le bateau. D'accord, ça en jette moins que les bras en croix à la proue du Titanic, mais je m'en fous. Maintenant, je peux m’endormir doucement. 

Je vous donne rendez-vous demain pour l'arrivée à Cork et le récit de nos premières heures irlandaises...
Rendez-vous sur Hellocoton !

28 commentaires:

  1. Ma pauvre!! Je me souviens de mon voyage Roscoff-Porsmouth lors de mon voyage de collégienne et même si je n'ai pas eu le mal de mer (ça ne m'est jamais arrivé, je touche du bois!), bon nombre de mes camarades de classe avait le teint de Shrek au réveil... Rien que ça!! Vivement la suite de vos aventures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, je ne m'en suis pas trop mal tirée par rapport à d'autres. Et, histoire de tuer le suspens, le retour s'est très bien passé, c'est juste que la mer était vraiment très agitée à l'aller. Mais je ne suis pas très à l'aise sur l'eau, c'est certain. Tant pis pour ma carrière d'aventurière des mers ! ^^

      Supprimer
  2. hihihihi!!!!Tu as dû t'amuser!!!!!!!!Moi j'adore les croisières!Je suis une accro des croisières costa, j'en suis déja à ma 4ème!!!!La première j'étais toute excitée et j'avais peur!hahahaha!Bisous ma Isa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que j'essaie les croisières Costa, la Méditerranée est beaucoup plus calme que l'Atlantique, ça devrait me faire moins d'effet ! Mais le bateau était magnifique et une fois que j'ai eu apprivoisé ma peur, je suis devenue une grande fan du pont promenade !

      Supprimer
  3. Cécile de Brest03 septembre, 2012 11:33

    Comme je te comprends ! Je suis malade dès que je pose le pied sur un bateau, même dans la rade de Brest. Pour une femme de marin, ça la fout mal !!!!

    ps : je suis bien contente de retrouver tes billets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, oui, j'imagine que ça te complique la vie ! De mon côté, je suis déçue, je serai bien partie faire un tour sur le Belem avec mon père (qui a déjà fait deux traversées avec l'équipage), mais là je crois que je peux oublier !

      Et sinon moi aussi je suis bien contente de vous retrouver ! :)

      Supprimer
    2. Oh non Isa n'oublie surtout pas! Le mal de mer ça s'apprivoise, et tu sais, même de grands marins en souffrent.
      Pour tout te dire moi je l'ai de plus en plus (alors que j'ai passé 3 ans à naviguer 6 mois par ans, comme monitrice de voile, il est revenu la 3e année plus fort que jamais).
      Mais il existe plein de façons de lutter contre selon son intensité.
      Et puis tu vois, une fois couchée, ou dehors, ça allait bien. Tout n'est donc pas perdu!
      Bises!!
      Claire

      Supprimer
    3. Je me suis dit que je retenterai le coup en allant aux îles anglo-normandes. Je l'avais fait par gros temps quand j'avais 9 ans et j'avais adoré ! (Va comprendre !) Et, au moins, si j'ai le mal de mer, je ne souffrirai pas trop longtemps ! (Mais si tu as des astuces pour l'apprivoiser, je suis preneuse. Je n'aime pas être limitée dans mes déplacements.)

      Bisous !

      Supprimer
  4. La suite ! La suite !!!!! J'adore ton récit ! bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Yelle ! J'ai pris le temps presque tous les jours de noter mes impressions pour ne rien oublier et pouvoir tout vous raconter ! :) Bisous !

      Supprimer
  5. Eh bien quelle aventure ! Mes parents sont partis en grèce et lors d'une excursion ont pris le bateau... Ils l'ont surnommés Vomito 2 ;))
    Vivement la suite j'adore ton récit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non, ne me dis pas ça, j'avais l'espoir qu'en Méditerranée ce serait plus calme ! ^^ (En vrai, ça s'est mieux passé au retour, mais je ne peux pas prétendre avoir le pied marin, je suis déçue !)
      Je te dis à demain alors !

      Supprimer
  6. Hello Isa,
    Puisque tu es revenue, je suis contente de constater que ce bateau n'avait finalement rien à voir avec le Titanic !
    Dans la famille on a plutôt le pied marin (mon grand-père était pêcheur), mais quand j'étais enfant, avec mes parents, nous nous sommes expatriés pendant 3 ans de l'autre côté de la Méditerranée. Et pour le déménagement nous avons fait le voyage en bateau et pour faire des économies et parce que la traversée n'était pas censée être trop longue, mes parents avaient choisi l'option : voyage en sièges (comme dans un avion). Sauf que nous avons essuyé une énorme tempête et tout le monde a été terriblement malade (je te passe les détails sur les toilettes quand tout un bateau est malade....). Heureusement, à cette époque je ne connaissais pas l'histoire du Titanic et je ne savais pas que les bateaux pouvaient couler ! Je n'avais que 3 ans et pourtant c'est un souvenir qui m'a marquée à vie, la pire nuit que je n'ai jamais vécue !
    La prochaine fois, je te raconte le jour où j'ai atterri dans le Sahara pendant une tempête de sable (moi aussi je fais du teasing lol)
    Bisous et bon retour sur la terre ferme ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes que ça t'ait marquée ! Je ne sais pas si j'aurais osé remettre le pied sur un bateau après ça ! (Ou pas, en fait, nos désirs sont parfois plus forts que nos peurs, et heureusement !)
      Pour le Sahara, sacré teasing, en effet, j'attends la suite, maintenant ! ^^
      Bisous <3

      Supprimer
  7. Ton article est sympa ! Je n'ai jamais fait de croisière, mais j'ai déjà connu les traversées assez mouvementées ;)

    Bises, Camille http://the-camelia.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je commence à croire que les traversées calmes sont rares ! ^^ Bises ma belle

      Supprimer
  8. Bon moi je suis une peureuse en bateau !! j'aurai passée tout le séjour avec une bouée de sauvetage autour de la taille :p

    http://www.mademoisellemode.com/
    des bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol je vois bien la scène ! Bisous Manuela !

      Supprimer
  9. oh tu me donnes envie de prendre le bateau avec toi!! juste le fait de mentionner le titanic, et le mal de mère calme mes ambitions!! profites bien de ce séjour!! =)
    en tout cas j'aime beaucoup te lire!! j'adore ta façon d'écrire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé, ce serait rigolo de prendre le bateau ensemble ! Je te rassure, le retour s'est beaucoup mieux passé :) Bisous Mam's !

      Supprimer
  10. Au vu de ma récente croisière à la chasse aux baleines islandaises, je ne peux que compatir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en attendais pas moins de toi !

      Supprimer
  11. Je suis contente de voir que tu as reussi a traverser cette epreuve sans trop de degats ! On a aussi enchainé les bateaux entres les iles cyclades avec un mer egée plus ou moins agitée mais pas de mal de mer a declarer ici... tant mieux !

    RépondreSupprimer
  12. Bon je comprends : j'ai eu juste un même ressenti pour une simple traversée Nice - Corse ! enfin, on avait pris le ferry le moins cher et le plus long, et après admiration de la mer et tout, et tout ... le mal de mer, la fatigue et l'attente se sont installés : c'est quand qu'on arrive ? ? ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'en parle pas ! C'est vrai qu'en haute mer, c'est joli 5 minutes, mais après, tu te lasses vite ! Et, avant de me coucher, j'ai cru que jamais on n'arriverait ! Mais c'est l'avantage des traversées de nuit, tu passes quand même une bonne partie du temps à dormir, et ça passe plus vite !

      Supprimer
  13. Vraiment Isa tu écris très bien !
    J'ai hate de lire la suite !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...