jeudi 16 août 2012

Ma confession à monseigneur Vingt-trois

Pardonnez-moi, mon père, car j'ai pêché. J'ai cru, naïvement, que l’Église allait rendre les armes sans combattre sur la question du mariage homosexuel. C'était bien mal vous connaître (et pourtant, je vous connais bien, puisque notre inimitié remonte à loin.) Et c'est donc avec une certaine stupeur que j'ai entendu votre appel  à la prière du 15 août. Je ne vous ferai pas l'insulte de vous rappeler que votre religion est censée prôner l'amour de son prochain, nous savons bien vous et moi que vos actes (j'entends par-là ceux de votre Église) ont souvent été à l'encontre de ce principe. (Ou alors la définition que vous avez du mot "prochain" est extrêmement restrictive, peut-être voudrez-vous bien m'éclairer sur la question, histoire que je ricane rigole un bon coup.)

Mais, à lire votre prière, il me semble que, de toute façon, nous ne manions pas la langue française de la même manière. J'en veux pour preuve ce paragraphe :
"En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables." 
Certes, il n'est pas encore question ici du sujet qui nous préoccupe, à savoir le mariage homosexuel. Mais je ne peux m'empêcher d'être frappée par le vocabulaire : la générosité et la solidarité sont deux notions fort louables, mais vous ne les appliquez qu'à une partie de la population, ceux qui sont victimes de "restrictions", économiques en l'occurrence. Pourquoi ce principe de générosité et de solidarité ne pourrait-il pas s'appliquer, dans un tout autre domaine, à ces personnes du même sexe qui s'aiment et qui voudraient se marier et fonder une famille ? (Je sens que je vais encore être taxée de naïveté, mais tant pis !)

J'ai lu votre lettre pastorale, mon père. Je ne partage ni votre foi, ni vos valeurs, mais j'ai bien noté l'attachement que vous portiez à la stabilité et surtout à la fidélité au sein du couple. Au lieu d'agiter le poing contre elles, peut-être devriez-vous rendre visite à des familles homoparentales, car vous y trouveriez sans doute ces qualités qui, d'après vous, font défaut à bien des familles dites "normales". (J'utilise à dessein ce mot que j'ai toujours trouvé nauséabond, même si ce billet n'a pas vocation à débattre de ce qu'est la normalité.) Pourquoi n'iriez-vous pas "sur le terrain" pour voir ce qu'il en est réellement, pour demander à ces enfants s'ils sont heureux, puisque leur bonheur vous importe : "Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur [...]" (Juste une petite question au passage : et si le chemin de ces enfants et de ces jeunes passent par l'homosexualité pour les mener au bonheur, vous faites quoi ?) Mais non, vous préférez vous réfugier derrière vos certitudes et vos dogmes : " [que les enfants] cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère." 

Pourtant, il suffirait de pas grand-chose, mon père. L'un des plus grands arguments contre le droit à l'adoption pour les homosexuels, c'est la crainte de la stigmatisation des enfants, le regard que les autres porteraient sur eux. (Je ne vous ferai pas la grâce d'aborder le sujet de la future orientation sexuelle de l'enfant, cet argument se doit d'être traité avec le mépris qu'il convient.) Je vais être franche avec vous, je redoute cette stigmatisation. Mais c'est à nous de changer les choses, mon père. C'est à nous de prôner la tolérance et l'ouverture d'esprit. Quand mes enfants me demandent, avec leurs mots à eux, si un garçon peut aimer un garçon et une fille peut aimer une fille, je réponds oui. Tout simplement. Il en va sur ce sujet comme sur bien d'autres : mettez de jeunes enfants en commun et ils joueront ensemble, sans distinction de race ou de couleur de peau. Je le vois bien, année après année, avec mes propres enfants. Dès la crèche, la seule chose qui leur importe, c'est d'avoir des petits camarades de jeux. Ce sont nous, les adultes, qui induisons la méfiance, l'intolérance, la haine. Et c'est à nous d'apprendre d'eux, quand ils sont encore vierges de toute influence : spontanément, ils vont les uns vers les autres. Oui, bien sûr, ils se disputent, voire ils se tapent dessus si le petit copain leur a pris un jouet. (La notion de propriété serait-elle donc innée ? C'est là un autre débat !) Mais ils ne vont pas repousser quelqu'un parce qu'il est noir, jaune ou rouge, ou parce que ses parents sont homosexuels. Ces distinctions-là, c'est nous qui les leur enseignons. Et c'est là que vous pourriez intervenir. Pourquoi refusez-vous d'étendre les valeurs d'amour, de respect et de tolérance aux couples du même sexe et à la famille qu'ils pourraient fonder ensemble ? Un enfant serait-il moins aimé, moins protégé, moins respecté, par un couple homoparental ? Je ne crois pas, non.

Dieu merci, vous n'avez aucun pouvoir de décision dans cette affaire. Je me permets d'ailleurs de vous rappeler que la séparation entre l’Église et l’État remonte à 1905 (merci Aristide) et que vous n'avez donc pas à vous mêler d'une décision qui ne regarde que le gouvernement et les législateurs élus par les Français. On ne vient pas vous demander de marier des couples homosexuels dans vos églises. (Même si, encore une fois, pourquoi n'en auraient-ils pas le droit ?) Merci d'avoir l'obligeance de respecter le caractère laïque de nos mairies.

Il paraît que Mme Boutin, un de vos portes-drapeaux s'il en est, souhaite que la question du mariage homosexuel fasse l'objet d'un référendum. Mais oui, absolument ! Plus de 60% des Français sont, paraît-il, favorables au mariage pour tous, pourquoi n'auraient-ils effectivement pas le droit de le dire dans les urnes ? Vous seriez bien alors obligé de vous incliner, toujours au nom de ce grand principe merveilleux qui est la séparation de l'Eglise et de l'Etat et qui fait que vous n'avez absolument plus aucun pouvoir sur nos vies. 

Mais, vous savez quoi, mon père ? C'est à vous-même et à votre foi que vous faites du mal avec cette lettre pastorale prônant un certain modèle familial à l'exclusion des autres. Et d'ailleurs, cela ne s'est pas fait sans remous au sein même de votre Église. Vous savez bien pourtant, pour l'avoir déjà vécu en 1975, que l'évolution de la société ne passe par vous et qu'elle se fait avec ou sans vous. Aujourd'hui, il ne s'agit plus du droit de la femme à disposer librement de son corps, mais de celui de deux hommes ou de deux femmes à s'aimer librement et dans les mêmes conditions que les autres, ce qui inclut le droit - fondamental - de fonder une famille. Je vous renvois pour finir aux grand principes de notre pays, vous savez, liberté, égalité, fraternité, tout ça, tout ça... Et si vous y voyez une certaine malice de ma part, je plaide coupable. Là encore, en 1789, c'est une (r)évolution qui s'est faite malgré vous...
Rendez-vous sur Hellocoton !

22 commentaires:

  1. YES yes yes, merci pour cet article admirablement bien écrit. L'Eglise n'a pas compris que si elle ne se modernisait pas, elle court à sa perte... Ca me fait mal au coeur tout ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je suis plus dans la révolte, mais avec l'Eglise, c'est plus fort que moi, c'est épidermique. Mais je suis persuadée qu'on peut avoir la foi tout en étant ouvert au monde, alors ce serait bien que des types comme lui arrêtent de prêcher l'inverse. Bisous ma belle <3

      Supprimer
  2. Superbe ton article ! Tout est si bien dit. Bravo ! Une réaction intelligente et saine face à cette fameuse prière de la messe du 15 août et aux interviews de chrétiens (très hypocrites dans leurs propos) qui ont suivi sur le parvis. Oui à la tolérance, la bienveillance, l'acceptation de l'autre avec ses différences, au respect. Oui à la LIBERTE tout simplement.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Yelle, vraiment. Moi aussi je t'embrasse.

      Supprimer
  3. Cécile de Brest16 août, 2012 14:12

    Merci Isabelle, je n'aurais pas dit mieux.
    J'ai fait du caté dans mon enfance, je suis mariée à l'église, mes enfants sont baptisés et j'ai l'intention de leur donner une éducation religieuse (pourquoi ? Sans doute le poids des traditions et puis je trouve que ça apprend quand même des fondamentaux culturels) je ne suis néanmoins pas pratiquante et je me rends compte, pas croyante.
    Qui sont ces gens pour affirmer de telles choses, pour prôner des règles, au nom de qui, de quoi. Bref, l'église et moi, ce n'est pas vraiment une histoire d'amour mais je crois qu'elle ne fait rien pour ! Elle a oublié de vivre avec son époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si elle a oublié ou si elle refuse de vivre avec son époque, tout simplement. Je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi car ainsi elle perd de son influence au lieu d'en gagner. Et je n'ai jamais compris que des gens puissent être à ce point fermés, car je ne vois vraiment pas le danger qu'il y a à laisser des gens s'aimer et vivre comme ils l'entendent...

      Supprimer
    2. Cécile de Brest16 août, 2012 16:06

      Finalement, plus j'y pense et plus je me dis que l'Inquisition n'est pas si loin, idéologiquement parlant.
      Il y aurait tant de choses à revoir dans le discours de l’Église (le célibat des prêtres, l'usage du préservatif)... Bref, plus j'y pense, plus ça m'énerve ! Je vais aller me détendre au soleil avec un bon bouquin ;-))

      Supprimer
    3. Tu as tout à fait raison ! Et la lettre pastorale insiste lourdement sur la chasteté des jeunes jusqu'au mariage, par-dessus le marché. Ils n'ont vraiment rien compris !
      Profite bien du soleil et bonne lecture ;-)

      Supprimer
  4. Je partage l'avis de Matoushi et pourtant j'ai fait mes 7 ans de catéchisme !!

    http://www.mademoisellemode.com/
    Des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est peut-être justement ce qui te permet de dire que l'Eglise a besoin de se moderniser, non ?

      Bisous ma belle.

      Supprimer
  5. Un très beau post Isa.
    Et je dis oui à la tolerance !

    RépondreSupprimer
  6. Très bel article.
    Hier, ils interrogeiant aussi des jeunes musulmans et jeunes juifs qui étaient contre le mariage homosexuel. C'est un pêché pour un homme de faire l'amour avec un homme. A aucun moment, a été évoqué l'homosexualité féminine. ça m'a frappé.

    Et pour finir plus de 100 000 enfants en France sont issus de couples homosexuels. 100000 enfants sans protection juridique. Des citoyens privés de droit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie. C'est vrai que c'est frappant de voir combien l'homosexualité masculine perturbe davantage que l'homosexualité féminine. C'est quelque chose de très répandu encore dans notre société. Voir deux femmes faire l'amour, c'est un fantasme, mais deux hommes ensemble, c'est tabou. Faudra qu'on m'explique.

      Sinon, je pense que le changement passe justement par les 100 000 enfants dont tu parles. Parce qu'il y a là un vrai vide juridique que le législateur ne peut plus continuer à ignorer. Et c'est tant mieux.

      Supprimer
  7. oh isa, tu es merveilleuse! cet article m'a fait passé par les larmes, et les rires! je suis tellement d'accord avec toi et tou comme toi le mot "normalité" me donne des frissons d'effroi"! ce que tu as écrit et magnifique! merci merci merci infiniment pour ce mot qui est si beau =)
    je t'embrasserais bien sur les deux joues si tu étais fasse à moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi je t'embrasserais aussi pour te remercier de ton enthousiasme ! Je suis heureuse de voir que malgré l'étroitesse d'esprit de certains, la tolérance a encore de beaux jours devant elle !

      Supprimer
  8. Wahow! Ca fait du bien d'entendre ce genre de discours! Tu as retranscris exactement ce qu'il y a dans ma petite tête concernant ce sujet! C'est ce genre d'article qui mériterai d'être médiatisé et inculqué à la société, pas leur propos haineux et discriminatoires. C'est révoltant autant d'hypocrisie et d'injustice. En tout cas, sache que tu es mon idole maintenant ^^ J'admire ton écriture. La preuve j'ai tout lu ^^

    RépondreSupprimer
  9. OMG ! You are really stylish and I adore your blog !

    Following you and would love if you check my blog and follow back if you want :)

    http://nanooosh-fashioninmyeyes.blogspot.com

    Love , Nanooosh
    xoxoxoxo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank you so much! Your comment made my day ^^

      Supprimer
  10. C'est très bien écrit et tu as tellement raison... une bonne lecture en somme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Stan ! C'était un billet qui me tenait à coeur, alors j'apprécie le compliment, vraiment.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...