jeudi 19 juillet 2012

Maladresse d'enfant ou mal de société ?

"Même si t'es grosse, maman, je t'aime très fort."
Ce sont les mots prononcés par Typhaine la semaine dernière au moment où elle venait me faire un câlin. Sur le moment, ça m'a profondément choquée (pas blessée, choquée, et je vous dirais tout à l'heure pourquoi), mais je ne vous en aurais sans doute pas parlé si ma mère, hier, n'avait pas mentionné au cours d'une conversation ma spectaculaire prise de poids de l'année dernière (cinq à sept kilos et une taille de vêtement en plus sans que je change quoi que ce soit à mon alimentation ou à mon rythme de vie). Je vous avouerai que je ne sais même plus pourquoi elle en a parlé, je n'ai retenu qu'une chose : comme toujours, mon poids est stigmatisé. 

J'avais sept ans lorsque j'ai pris conscience que j'étais plus ronde que les autres petites filles. A l'occasion d'une visite médicale, nous avions comparé nos poids respectifs, sans penser à mal à l'époque, juste par curiosité. Mon poids était supérieur à ceux des autres filles, de deux ou trois kilos, je crois. Cela m'avait mis mal à l'aise, mais simplement parce que je n'étais pas comme elles et je ne comprenais pas pourquoi. (Avec le recul, je dirais que j'étais gênée de ne pas rentrer dans la norme.) Mais je n'étais ni mince ni grosse, c'était à l'époque deux concepts qui m'étaient totalement étrangers. Bienheureuse ignorance. 

Puis vint l'adolescence. L'écart de poids ne faisait que se creuser avec mes copines, même si nous ne comparions plus les chiffres depuis longtemps. Je me trouvais grosse, laide, repoussante. Et à la maison, j'avais l'image d'une maman en lutte perpétuelle contre son poids. Sa prise de poids à elle résultait d'un drame personnel, une ablation des ovaires à cause de la présence de très nombreuses tumeurs heureusement non cancéreuses. Je ne saurais vous dire le nombre de kilos qu'elle a pris suite à cette opération, mais elle qui était mince au point même d'être maigre a grossi. Beaucoup. Du coup, j'ai vu passer beaucoup de régimes à la maison. J'en ai fait un paquet, moi aussi. Pour être tout à fait honnête, j'étais probablement volontaire pour les faire, même si je souffrais de ces restrictions. Forcément, pour une fille dont le mal-être avait tendance à s'exprimer par la boulimie, réduire sa portion quotidienne de nourriture, c'était la déprime assurée. Mais le mot d'ordre était clair, il fallait maigrir. Les kilos, c'était l'ennemi. 

C'est seulement l'année dernière, quand j'ai commencé à m'accepter telle que je suis, justement avec ces nouveaux kilos supplémentaires, que j'ai pris conscience de tout cela. Sur le moment, à l'adolescence, je ne me suis pas posée de question. C'était ma maman, elle avait forcément raison. Mais aujourd'hui, avec ce nouveau regard que je porte sur mon poids, je m'interroge. Même si j'avais (et j'ai toujours) un bon coup de fourchette, je rappelle qu'on mangeait bio, énormément de légumes et de salade verte, relativement peu de dessert et pourtant j'étais plus grosse que la plupart de mes camarades. C'est d'ailleurs à cette époque-là que j'ai pris conscience que nous ne sommes pas tous égaux devant la nourriture et que le métabolisme est une sacrée saloperie. (J'en veux pour preuve mon chéri et ma fille qui peuvent manger tout ce qu'ils veulent sans prendre un gramme. Si on la laissait faire, Typhaine mangerait des féculents à tous les repas tout en restant très mince.) Mais voilà, vu la qualité de notre alimentation, avais-je vraiment besoin de faire des régimes ? J'avais des problèmes de santé mais qui n'étaient pas liés à mon poids et dont mes parents s'occupaient par ailleurs. Je n'avais aucun problème d'essoufflement. Nous pratiquions une activité physique régulière en faisant des kilomètres et des kilomètres de marche le week-end. (Chose qui ne m'enthousiasmait guère alors mais qui m'a été très bénéfique, je dois bien le reconnaître. ) Alors pourquoi s'obstiner à me faire faire des régimes ? Encore une fois, j'étais sans doute volontaire, mais si les rôles avaient un jour à être inversés, je découragerais Typhaine d'en faire en lui disant qu'elle n'en a pas besoin. J'essaierai de lui apprendre à aimer son corps plutôt qu'à le voir comme un adversaire.

Et c'est là que j'en reviens à la petite phrase malheureuse qu'elle a prononcée la semaine dernière. "Même si tu es grosse, maman, je t'aime très fort." Même si tu es grosse. J'avoue que je suis restée sous le choc pendant une ou deux minutes, pas parce que je me sentais insultée ou blessée, mais que je me suis demandée comment ma petite fille, à 7 ans, pouvait déjà avoir une image aussi négative du poids : être gros, c'est mal. Potentiellement, les gens gros, on ne les aime pas. Parce qu'ils sont gros. Alors, je l'ai assise en face de moi et j'ai eu une explication avec elle. Je lui ai demandé pourquoi elle avait dit ça, et bien sûr, elle n'a pas pu me répondre. Les concepts de santé et de nutrition ne sont pas encore à sa portée, mais elle est déjà affectée par le culte que notre société voue à la minceur. Je lui ai expliqué ce que voulait dire sa phrase telle qu'elle l'avait prononcée et je lui ai demandé, en des termes que j'espère simples, si le fait d'être grosse faisait de moi une mauvaise personne. (J'ai de la chance, elle a tout de suite répondu non. Sinon, j'étais mal barrée et je crois qu'on y serait encore.) Je lui ai posé encore deux ou trois questions de ce genre ("Tu crois que tu ne devrais pas m'aimer parce que je suis grosse ?") parce que le but n'était pas de lui asséner ce que je crois être des vérités. Non, le but est de l'amener à réfléchir. J'aimerais que de telles paroles ne franchissent plus jamais ses lèvres, pas parce que je lui aurais interdit de les prononcer, mais parce qu'elle a compris qu'il n'y a aucune logique là-dedans. 

De même que j'aimerais que l'on comprenne qu'en terme d'image, je ne me suis jamais sentie aussi bien dans ma peau. Je suis parfaitement en paix avec le fait d'être grosse, je suis bien dans mes vêtements et dans ma tête. Bien sûr que cela soulagerait mon dos si j'avais quelques kilos de moins. On sait maintenant que ma sciatique est due à une hernie discale, et je soigne le tout  à coup d'abdominaux, de vélo d'appartement et de marche. Forcément, j'ai commencé à perdre un peu de poids et c'est très bien. Mais ce n'est pas le but recherché. Si je vais mal en ce moment, c'est parce que je me pose beaucoup de questions à propos de mon boulot et de ce que j'aimerais faire en plus de la traduction, pas parce que j'aimerais avoir dix kilos de moins. Je n'ai plus de dégoût quand je me regarde dans un miroir, je me sens sereine au contraire. Que peut-on demander de mieux ? 

Je fais et je ferai encore des erreurs en tant que maman, forcément. C'est dans l'ordre des choses, tout comme ma mère a fait des choses formidables me concernant, et d'autres moins. Mais je peux promettre une chose à ma fille, c'est que jamais, jamais je ne stigmatiserai son poids et que je m'efforcerai toujours de lui apprendre à s'aimer comme elle est. La valeur d'une personne ne se mesure pas à son poids.

Photo trouvée sur le site Kidboutik

Rendez-vous sur Hellocoton !

44 commentaires:

  1. Ca me rappelle quand mon fils,à 5 ans,m'avait sorti: "je vais inviter Jordan.Bon,il est noir mais je vais l'inviter quand même!".

    ANNESO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça te pose question quand tu entends ce genre de réflexion, tu te demandes où ils sont allés chercher ça !

      Supprimer
  2. J'aime tellement ton article, tes mots et ton raisonnement juste et logique.
    A la maison on nous a toujours appris que peu importait gros ou maigre, sauf si ça mettait la santé en danger.
    Du coup ma mère m'empêcher de manger le pot de nutella en rentrant de l'école, mais elle aurait sûrement désapprouvé un régime en tant que tel - entre autres parce qu'ils sont souvent aussi mauvais que le poids lui-même s'ils ne sont pas jugés nécessaires par un médecin et encadré par lui.
    Et oui de tel propos peuvent être en plus de ça blessants si par exemple elle le sort à quelqu'un d'autre comme une copine etc.
    Donc tu as à mon avis très bien réagi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Onee-Chan. Je pense qu'il était important de faire de la pédagogie sur ce coup-là. Maintenant, je vais continuer à lui montrer, par l'exemple, que l'important est d'être bien dans sa tête :)

      Supprimer
  3. Waaaawwwwwwwwwww!J'ai les larmes aux yeux et en même temps un sourire!J'ai adoré te lire...Ta fille est une personne intelligente et tu as bien fait de la pousser à reflechir plutot que de lui crier dessus ou lui imposer certaines choses. En tant que jeune maman, ton Post m'a profondément touché...Tu sais, si je te dis que j'ai pris 22 kg avec ma grossesse...Tu me croirais?Pourtant si!Mais je m'en fous!je m'assume, je m'aime et j'adore une émission qui passe tout le temps sur la 6 en ce moment: BELLE TOUTE NUE!S'accepter comme on est.Je n'ai jamais fait de regime de ma vie, je suis trop gourmande...Tout ce que je peux te dire c'est: Tu t'aimes telle que tu es, c'est l'essentiel!L'avis de ta mere ou d'autrui, tu t'en fous!Bisous et courageeeeeeeeeeeee!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, Magalie ! Je te comprends, moi, mes deux grossesses, j'en ai gardé dix kilos en souvenir ! Mais peu importe ! Tu as raison, il faut s'assumer et s'aimer comme on est, j'ai assez gaspillé de temps devant mon miroir avec des pensées négatives plein la tête ! Tant qu'on fait attention à notre santé, alors tout va bien ! Gros bisous ma belle <3

      Supprimer
  4. Très bel article. Tout est si bien dit ; ton rapport à ton corps, les souffrances traversées dues au regard de ta maman (en souffrance elle aussi),ton rôle de maman aimante qui aide son enfant à réfléchir et à se débarrasser des clichés que nous assène la société. Tu l'aides également à se construire et à devenir une personne bienveillante envers elle et les autres. On voit bien à travers ton blog et tes mots que tu es une personnes épanouie, équilibrée et heureuse et c'est en étant ainsi, bien dans ta peau et toi-même, que tu lui communiqueras le meilleur. C'est terrible comme il peut faire des ravages le regard nocif d'une mère (ou d'un père)... Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Yelle. C'est vrai que je me suis posée beaucoup de questions en entendant cette petite phrase dans la bouche de ma fille, j'avais justement l'impression de lui donner un autre exemple à la maison... Mais je ne baisse pas les bras et je vais continuer à lui montrer au jour le jour comme je me sens bien. Et on en reparlera aussi souvent que nécessaire. Tu as trouvé le mot juste : bienveillance. J'ai mis longtemps à poser un regard bienveillant sur mon corps et, si je peux aider ma fille (et d'autres, pourquoi pas ?) à éviter ou à abréger ce même long combat, alors j'aurais vraiment réussi quelque chose de bien dans ma vie :) Moi aussi, je t'embrasse.

      Supprimer
  5. C'est exactement ça le problème: les gros sont stigmatisés par la société. La faute à qui ? A force de nous culpabiliser avec la nourriture, les magasines véhiculent une image particulièrement négatives des gens qui ont des kilos en plus. Un exemple: les magasines féminins, qui en permanence nous lobotomisent avec leurs listes interminables d'aliments interdits ou autorisés, qui nous répètent que la cellulite c'est moche et répugnant. Ce qui me fait rire d'un rire jaune, c'est que les journalistes qui écrivent ces billets sont soit minces par nature, soit sont mal dans leur peau. Le problème, c'est qu'à force on a l'impression que les gens "gros" sont des êtres flasques et répugnants, engouffrants des poignées de chips et riant d'un rire gras devant la télé. Ca m'énerve, ça me révolte, surtout quand je vois d'après la réaction de ta fille que ça infecte le cerveau des enfants. Mais pourquoiiiii diable ce besoin de stigmatiser des groupes de personnes ??? ça me révolte. Je n'arrive pas à comprendre pourquoi les gens acceptent si mal ce qui est différent d'eux. Dans ma famille c'est comme dans la tienne: le gras c'est dégueulasse. On a essayé longtemps de me faire passer pour le petit cochonnet bien gras qui se goinfre, et maintenant je vois les dégâts que ça a fait dans la représentation que j'ai de moi même. J'espère arriver comme toi à m'accepter comme je suis, un jour... En tout cas tu as très bien réagi avec ta fille, tu as justement réagit comme quelqu'un qui est bien dans sa peau, quelqu'un d'intelligent. Je suis sûre qu'elle va y réfléchir et qu'elle va évoluer ^^

    Merci pour cette réflexion ma Isa,
    pour moi tu es super belle et gentille <3
    (mais qu'est ce qu'on s'en fout du poids bordel de merde !)

    Gros gros bisous <3 <3 <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Matoushi je suis désolée de savoir que tu en es passée par là toi aussi ! Et combien sommes-nous à subir cela ? Oui, ça touche même les enfants, le parrain de ma fille nous confiait la semaine dernière qu'à l'école de ses enfants, un petit gamin était venu lui demander pourquoi il était gros. Tu imagines ? Et à cet âge-là, ils ne lisent pas encore de magazines ! Mais ils voient les pubs à la télé avec tous ces messages contradictoires : mangez nos cochonneries sucrées mais attention le gras et le sucre c'est dangereux pour la santé ! Combien de personnes vont repartir chercher une deuxième paquet de gâteaux ou une autre tablette de chocolat, justement par culpabilité ?
      Je ne sais pas pourquoi on éprouve le besoin de stigmatiser les gens comme ça. Si ce n'est pas sur leur poids, c'est sur autre chose. Après tu montes d'un cran dans l'intolérance, tu touches à la couleur de peau et ça devient du racisme... La seule chose que je peux dire, c'est aimez-vous, acceptez-vous et acceptez les autres comme ils sont. Et c'est le message que je compte bien transmettre à mes enfants !

      En tout cas merci pour ton commentaire, ma toute belle, ça me touche beaucoup, comme toujours.

      Gros gros bisous à toi aussi <3 <3 <3

      Supprimer
    2. Tiens je viens de me rappeler par rapport à la représentation de soi-même: ma nièce de 8 ans, très mince, hyper sportive, a demandé à ma grand mère si elle était grosse. Et elle refuse de finir ses assiettes par peur de grossir. Elle a 8 ans quoi, c'est dingue !! (je ne m'étalerai pas sur l'éducation que lui donne ma tante sinon je vais faire une poussée d'eczéma sous le coup de la colère).
      Ce que je trouve atroce, c'est qu'être gros semble être une insulte. Genre t'es gros = autant se suicider quoi, c'est trop immonde.
      Il y a une telle peur du gras c'est incroyable.
      Et comme tu dis, c'est hyper hypocrite: on nous dit qu'être gros c'est répugnant mais on mène une vie de plus en plus sédentaire avec un régime alimentaire de moins en moins correct ! C'est n'importe quoi !
      A croire que la société fonctionne en mettant les gens mal à l'aise (mmmh le business régime...)

      Enfin bref, ton article m'a fait drôlement cogité ce weekend >_<
      Je vais de ce pas retrouver des amis pour faire un resto, en profiter, sans penser au gras. La vie est trop courte !

      Bisous ma Isa <3

      Supprimer
    3. C'est bien ce que j'ai perçu dans le "même si t'es grosse" de ma fille. C'est clair que cette "peur du gras" est incompréhensible. Et oui, les gens mal dans leur peau, c'est un business et c'est bien triste. On préfère stigmatiser, se moquer, ou rejeter les gens au lieu de leur tendre la main. Et la compassion dans tout ça ?

      Désolée que cet article t'ait remuée à ce point :(

      Et tu as bien raison, sors, profite ! Hier soir, on a dîné dans une ferme qui faisait crêperie, on a mangé des galettes à tomber par terre !

      Bisous ma belle <3

      Supprimer
  6. C'est un très bel article que tu as écris là.. on sent que c'est un sujet sensible mais tu as très bien su le gérer avec ta fille. J'aime ta philosophie de vie, on sent que tu es épanouies et c'est tout ce qui compte.

    RépondreSupprimer
  7. Tres bel article.
    On se demande souvent ou les enfants vont chercher tout ce qu'ils racontent :)
    Le principal ce n'est pas le poids mais le fait de se sentir bien dans sa peau. Apres mes 3 grossesses je pesais 85 kilos et franchement je ne sentais pas bien (je mesure qu'un metre 60). Apres avoir eu le declic, 15 jours à Djerba en me voyant en maillot de bain tout le temps, j'ai decide de faire un regime. J'ai reussi à descendre à 68 kilos et c'est vrai que je me sentais bien.
    En fevrier j'ai arrete de fumer ce qui est tres bien en soit mais du coup 8 kilos sans me rendre compte, moi qui rentrait dans des jeans en 40 me revoilà partie pour acheter du 44 grrr...
    Je ne me sens plus à l'aise dans ce corps mais je n'arrive pas à me remettre au regime :(
    Et je n'arrive pas à m'accepter comme je suis, meme si je continue à etre coquette car j'adore les fringues :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, le principal, c'est le bien-être ! L'année dernière, deux choses m'ont aidé à m'accepter comme je suis : la lecture d'un livre en anglais qui s'appelle Operation Beautiful où les gens laissent des post-it à des inconnus pour leur dire qu'ils sont beaux comme ils sont (c'est un vrai mouvement et le livre est plein de témoignages de personnes qui ont écrit les post-it ou qui les ont découverts) et la fréquentation assidue du blog de Stéphanie Zwicky (Big Beauty). A partir de là, j'ai eu un déclic. Comme j'aime les fringues, j'ai décidé d'arrêter de me priver et d'attendre un hypothétique amaigrissement. J'ai accepté que je ne faisais plus du 42-44 et je me suis habillée en fonction de ce nouveau corps. Et c'est en me voyant élégante, oserais-je dire jolie, que j'ai arrêté de lutter contre moi-même et que je me suis acceptée comme je suis. (Je souris aujourd'hui en pensant au mal-être qui était le mien quand je portais du 40 plutôt que du 36, alors que quelques années plus tard j'aurais donné cher pour pouvoir rentrer à nouveau dans du 40. Si on m'avait dit que je me sentirais bien dans mon corps en faisant un 44-46 je ne l'aurais jamais cru et pourtant !)
      Je te souhaite de trouver l'apaisement. Et tu as bien raison d'être coquette, c'est déjà prendre soin de toi ! :)

      Supprimer
  8. C'est très touchant !
    Ton histoire est juste tellement bien écrite. C'est beau d'être à l'aise avec son corps et puis nous on t'aime comme tu es sinon on ne serait pas là ;)

    http://www.mademoisellemode.com/
    N'hésite pas à passer - des bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Manuela, tu es adorable ! Bisous <3

      Supprimer
  9. On aime bien !
    Très jolies photos <3

    Afaf & Marwa
    Ps: we can follow each other if you want, let us know ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci les filles ! Je vous suis avec plaisir :)

      Supprimer
  10. Hello Isa,
    J'hésite à te le dire ici, mais tant pis je le dis quand même.
    Tu fais partie des personnes que j'apprécie le plus dans la blogo pour ta pertinence, ta lucidité et ta simplicité. Et ce post me montre encore une fois à quel point tu es quelqu'un d'exceptionnel.
    Cela se voit sur tes photos que tu te sens bien et je pense que quelque part c'est peut-être aussi ce que ta fille a essayé de te dire avec ses mots : ton poids ne t'empêche pas d'être une personne épanouie, active, dynamique et qui prend soin d'elle en s'habillant avec goût.
    Ce n'est pas toujours facile de s'accepter, parfois ça prend des années mais une fois qu'on est en paix avec soi, on peut enfin s'épanouir, comme tu es en train de le vivre.
    Je t'envoie plein de bisous ma belle <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta sincérité et tous ces compliments qui me vont droit au coeur. Toi aussi, tu fais partie de mes plus belles rencontres sur la blogo, et j'aime le dialogue et la relation que l'on tisse au fil des jours et des articles :)
      Pour le reste, ton commentaire me fait voir la situation sous un jour nouveau tout à coup. Quand je pose pour les photos, quand j'écris sur ce blog, je me sens bien, je suis moi, je ne crains pas d'être jugée. Mais face à ma mère, et pour tout un tas de raisons, je suis sur la défensive, donc elle ne voit pas forcément ce que vous voyez. Et je ne suis pas sûre de pouvoir changer cela (ou même de le souhaiter).
      Mais cela n'a pas d'importance, en fait. Ce qui compte, c'est le dialogue que j'ai entamé avec ma fille et le fait que je puisse enfin m'épanouir, comme tu le dis si bien.
      Moi aussi je te fais plein de bisous <3

      Supprimer
  11. Ton billet me touche. Autour de moi, j'ai des amies (si l'on peut dire ainsi) qui parlent sans cesse de régimes en tout genre, de poids idéal et scrutent depuis que j'ai mon blog la moindre photo où l'on pourrait voir : un ventre rond, des cuisses enrobées, des hanches larges, du gras, pour m'en faire la remarque. Je réponds à cela que si elles veulent voir la soit disant perfection, elles peuvent s'abonner à Elle ou Grazia. Je ne comprends pas ce manque d'objectivité, ces esprits étroits. Tu es une bonne mère, consciente et d'une intelligence en surpoids. Voilà qui pèse lourd !
    Bises Isa et surtout reste toi même ! tu es parfaite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aurélia ! J'avoue que j'en reste sans voix, je ne comprends pas ce genre de mesquineries ! Pourquoi vouloir à tout prix saper le moral des personnes qui ont confiance en elles ? Peut-être parce que cette confiance leur fait défaut justement ? Mais dans ce cas-là, pourquoi ne pas essayer d'aller mieux soi-même plutôt que de blesser quelqu'un d'autre ? Toi aussi, tu es parfaite, belle, rayonnante, tu nous offres ta lumière dans chacun de tes billets et ça n'a pas de prix !
      Je t'embrasse !

      Supprimer
  12. Très bel article qui reflètent tellement la condition des personnes en surpoids. Je te félicite d'avoir arrivé à t'accepter tel que tu est, moi il cela m'est totalement impossible d'où mon yoyo pondéral d'environ de 20 kilos tout les deux 2 ans. Mais cette fois sera la bonne car j'ai enfin trouvé mon remède et ma motivation.Et comme je dis le tout c'est d'arrivé à s'aimer tel qu'on est.Biz.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente que tu aies trouvé la solution qui te convient. Tu as tout à fait raison, l'important c'est de s'aimer comme on est. Grosses bises :)

      Supprimer
  13. Ton article est tellement vrai, et tellement touchant!!! Tu parles de ce problème si justement...
    C'est affreux que la société ait pu faire passer pour "valeurs" des choses aussi débiles que le poids, la taille, etc... et que ça aille jusqu'à toucher des enfants de cet âge...
    J'ai une amie qui a beaucoup pris de poids aussi, et qui a beaucoup de mal à l'accepter. Elle a passé déjà son adolescence à faire des régimes (qui à mon avis sont contre-productifs et mauvais pour la santé) et du sport à outrance, sans que cela ne change beaucoup de chose... J'aimerais tellement qu'elle comprenne elle aussi qu'elle est belle telle qu'elle est, parce que la beauté ce n'est pas la taille, ou le poids, c'est la vie, le sourire, la personnalité, et c'est ce qui fait qu'on l'aime!!!
    Bises et merci pour cette belle leçon!!!

    Claire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'en prie ! J'espère effectivement que ton amie parviendra à s'accepter. Malheureusement, c'est quelque chose qu'on ne peut pas faire pour elle, mais je suis sûre que le regard que tu poses sur elle l'aide déjà beaucoup. C'est son propre regard maintenant qu'elle doit changer, et ça viendra peut-être avec le temps. Il ne faut pas désespérer ! :)
      Bisous !

      Supprimer
  14. Toutes ces histoire de poids sont très sensibles.
    Effectivement, je ne pense pas que la beauté des gens passent dans leur tour de taille...
    Mais certaines personnes de mon entourage le pensent et ne cessent de faire des petites remarques indirectement... Lourd, très lourd. Moi je connais des minces très moches ;-)

    De toute façon, moche, mince ou grosse, la valeur des gens ne passe pas dans leur physique...

    De mon côté de ronde, je suis passée à vraiment trop grosse ces 3 dernières années. Mon IMC est passé de "en surpoids" à "obèse".

    Et je serais une menteuse si je disais que je ne voudrais pas maigrir. J'aimerai pouvoir faire des magasins "normaux" et surtout ne pas flipper sur des problèmes en cas de grossesse. Sans compter que les 10 derniers kilos pris pèsent vraiment au quotidien : je suis plus essouflée, je commence à avoir de sacrés problèmes de dos... Donc pour ma santé, il faut que je perde du poids et aussi beaucoup plus futilement, pour pouvoir m'acheter plus facilement des vêtements. Je sais que certaines blogueuses très rondes sont super bien habillées mais moi je ne dois pas avoir le même budget qu'elles ;-)

    En attendant, avec 10 kilos de moins, je ne serais pas plus jolie ni plus intelligente. Je serais juste en meilleure santé et c'est bien ça le plus important ;-))

    RépondreSupprimer
  15. On est tout à fait d'accord ! Et je m'insurge contre ces personnes qui s'autorisent à nous faire des remarques alors qu'on ne leur a rien demandé ! Elles n'ont rien de mieux à faire ?

    Et sinon, je te comprends parfaitement. S'accepter comme on est, ça ne doit pas se faire au détriment de sa santé. Mais j'espère qu'à ce moment-là, on peut rencontrer sur notre route des médecins compréhensifs, car j'en ai vu beaucoup qui tenaient un discours moralisateur ou culpabilisant(ou les deux), ce qui décourage encore plus. Ceux qui dégainent le pèse-personne au premier RDV, ça a tendance à me faire hurler. Je pense qu'il vaut mieux viser une alimentation saine et équilibrée et conseiller les gens dans ce sens, en accompagnant le tout d'une activité physique appropriée, plutôt que de décréter "vous devez perdre tant de kilos". Le médecin généraliste qui m'a soigné pour ma sciatique est également nutritionniste et nous parlions justement des ravages que provoquent les régimes sur les organismes. Je crois bien que je vais finir d'ailleurs par prendre un RDV nutrition avec lui, pas pour maigrir, mais pour voir ce que je peux améliorer au niveau de mon alimentation, car j'aime beaucoup sa façon de voir les choses.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Isa,
    En lisant les premiers mots de ton billet, j'ai eu mal pour ton petit coeur de Maman lorsque tu as entendu ces mots sortant de la bouche de ta fille. Et puis j'ai lu la suite et je ne peux que te dire combien j'admire la façon avec laquelle tu as répondu à ce message qu'elle t'avait envoyé... Ce malaise de la société est encore et toujours trop présent, pas seulement envers le "surpoids" mais envers tout ce qui semble sorti d'un moule qui servirait de référence aux jugements. Je te souhaite d'être toujours aussi épanouie que tu sembles l'être aujourd'hui et savoir toujours trouver les mots pour que tes enfants arrivent à s'exprimer en se fondant sur leur propre réflexion.
    Passe un très bon week-end!

    RépondreSupprimer
  17. Ces petites phrases que prononces les enfants on ne les entend pas dans a bouche des adultes. Bien sûr il peut y avoir des adultes racistes et intolérants mais ils ne parlent pas de la même façon. Les enfants entendent des choses à l'école venant d'autres enfants qui écoutent leurs parents... et voilà ça donne ça. Mais ce qui rend leurs phrases encore plus choquantes c'est qu'ils ne se rendent pas compte de ce qu'ils sont en train de dire, ils disent ça avec innocence, comme si c'était normal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, malheureusement, les adultes sont moins directs mais tout aussi blessants parfois.
      Quant aux enfants, c'est bien pour ça qu'il est important de les amener à réfléchir sur le sens de leurs paroles.

      Supprimer
  18. J ai prise 10 kgs en 1 ans a cause de problemes avec mon fils cadet,diagnostique depuis heureusement,10 kilos de plus qui m eloigne encore de l acceptation...

    RépondreSupprimer
  19. Zut cliquee trop vite,pour le reste,en debut d annee,Noah sort de l ecole blanc comme un linge et me dit "Romeo,il a dit que t etais moche parce que tu etais grosse" sur le coups je suis restee interdite,pas que le mot grosse me derange,chez nous grosse n est pas un gros mot,je suis grosse,je fait 114 kilos,qu on ne me parle pas de ronde,ou que s ais je,non c etait plus quoi dire...

    ca ne m etais jamais arrivee avec mes aines,ados maintenant,ou p etre qu ils ne m ont rien dit... Noah lui est un enfant tres sensible,il a ete vraiment touche...

    Arrive a la maison il me dit,"hein t es pas grosse et moche maman"...

    J ai repondue que si,j etais grosse,mais moche je ne pensais pas,que les gens idiots font souvent l amalgame mais que c etait vraiment faux,qu il y avait des gens gros et moches,des gens minces et moches et des petits et moches et inversement que tout le monde est different ect ect..

    conversation aillant deja ete faite pour les coapins capverdiens,la petite chinoise du restau en face ect..

    il a conclus qu en faite on est se qu on est et qu apres tout on doit aime les autres comme ils sont sinon on est des idiots...

    Message que je n aurais pas mieux fait passe...

    le lendemain,il avait traitee le gamin de tete de poisson,va savoir pkoi,et lui a repete notre conversation,elle lui disant que si il continuait,il trouverais bien un defaut a sa mere...

    c est passe comme ca et on en a plus parler... bon des fois il me dit des trucs puis apres,hein t es grosse maman,mais c est pas grave hein...

    HA depart ca choque un peu mais depuis je me suis habituee ;o)

    Bonne journee !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison de ne pas édulcorer les choses, "gros(se)" n'est effectivement pas un gros mot. Et, tu sais, j'en arrive à me dire que je préfère être comme je suis et prôner la tolérance et l'acceptation, plutôt que comme ces gens qui préfèrent blesser les autres plutôt que de les laisser vivre.

      Bonne journée à toi aussi Nefertiti :)

      Supprimer
  20. Encore un article à l'écriture parfaite. Tu as vraiment de maîtriser les mots à la perfection. Quelque soit le sujet, triste ou pas, je n'ai qu'une envie, c'est de te lire encore. Je trouve que tu as très bien réagi face au commentaire de ta fille. Il faut toujours commencer par dédramatiser puis expliquer.
    A te lire, on sent que tu es une femme parfaitement épanouie de ce coté là, l’évolution de tes looks nous le montre tous les jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Aurélie, mais tu sais, tous vos commentaires sont pour beaucoup dans cet épanouissement. Certes, j'étais la seule à pouvoir m'accepter, il y a eu une époque où tous les compliments du monde n'auraient rien changé à la vision négative que j'avais de moi. (Même le regard de mon homme n'y changeait rien ! Cela ne peut venir que de soi.) Mais c'est une chose de s'accepter et c'en est une autre encore de s'épanouir, et c'est ce que ce blog, et votre amitié, m'ont permis de faire. Vous m'encouragez dans mon écriture et dans mes choix vestimentaires, et ça me permet de développer une partie de moi qui ne s'exprimait pas vraiment (la modeuse invétérée) et de renouer avec une autre partie de moi qui était en souffrance depuis des années (l'écriture). Alors merci :)

      Supprimer
  21. Je ne voudrais pas répéter ce qui a déjà été dit, alors juste un mot pour te dire combien j'ai aimé ton texte.
    Excellent WE !
    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Nathalie, bon week-end à toi aussi !

      Supprimer
  22. Il est très bien rédigé, très beau, ton article.

    RépondreSupprimer
  23. J'ai du mal à croire que je sois passée à côté de cet article mon Isa... (comment as-tu fait pour mettre l'option "vous aimerez- peut-être ? sur blogger ??)

    J'aime beaucoup ton raisonnement, ton approche, ta réflexion et ta sagesse. Ta petite a beaucoup de chance d'être éduquée par toi. Et en effet, cette phrase et tout ce qu'elle dit sur notre société fait peur !

    J'espère un jour aussi atteindre la "paix intérieure" avec moi-même. Qui ai toujours été ronde, qui ai toujours subi des moqueries, et même des reproches de la part de ma famille. Puis sombré dans deux horribles années d'anorexie/boulimie au lycée. Et repris tellement plus depuis... mais les piques des proches n'ont pas cessé pour autant, pas plus que les humiliations en cabine d'essayage avec ces marques qui taillent de plus en plus petit...

    grosses bises mon Isa, et merci pour ta carte <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je suis sage, mais c'est en tout cas la façon dont je vois les choses... et le monde. Je sais bien qu'on ne vit pas au pays des Bisounours mais ça serait tellement plus facile si on acceptait les gens comme ils sont, sans les dénigrer. Je ne comprends pas que les gens qui nous sont proches puissent parfois nous broyer à coups de petites phrases assassines. Sache que tu es très belle et que tu es toujours une source d'inspiration pour moi.

      Pour l'option "vous aimerez peut-être", je vais te poster le lien sur HC, tu verras, c'est très facile à installer.

      Gros bisous ma belle Olga <3

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...